Arhex Pierre

Licq Atherey

C’est par cette photo de Martina Arhex et Jean Laborde que des dizaines de descendants du couple furent accueillis à Salliquelo en 2004. Ils étaient tous issus des 15 enfants Laborde Arhex et venaient de tous les coins d’Argentine pour un « encuentro » une fête de famille.

Leurs deux « abuelos ou bisabuelos » sont d’ascendance française et même basque, Jean Laborde est né en France mais Martina Arhex n’a jamais connu notre région, elle est native d’Argentine.

La famille Arhex

Pierre Arhex né en 1859 à Licq Atherey est le fils de Jean Arhex dit Bidart de Etchebar et de Anne Jaureguy dit Oilloquy de Licq. Ils se sont mariés en 1846 dans la commune de l’épouse puis le jeune couple s’est installé chez les parents Jaureguy certainement dans la maison Oilloquy ce qui fait que les premiers enfants sont enregistrés Arhex et les cadets, à partir de 1860, sont Arhex dit Oilloquy.

Jean Arhex et Anne Jauréguy ont eu une nombreuse famille : douze enfants dont 11 ont atteint l’âge adulte : Pierre en 1847, Marie Jeanne en 1849, autre Pierre en 1851 qui décède à trois mois, autre Pierre en 1852, Jean Pierre en 1854, les jumeaux Marie et Marc en 1857, Pierre en 1859 (ancêtre de mon correspondant), François en 1862, Jean en 1854, Pierre en 1868 et enfin Marguerite en 1872. Une belle descendance !

Impossible de garder tout ce monde en famille ni de partager les terres, heureusement nous sommes en pleine vogue de l’émigration vers l’Argentine et c’est cette voie que prendront cinq fils Arhex.

Les registres militaires attestent que tous les garçons sont partis avant 20 ans ; l’immatriculation de Marc à Buenos Aires indique qu’il a embarqué à 17 ans du port de Bordeaux sur le vapeur Niger. Marc était accompagné de trois autres basques du même âge : Jean Etchebarne d’Ordiarp, François Chalagoïty d’Idaux et Arnaud Pochelu de Lantabat, seul Pochelu savait signer. Quel agent les avait recrutés ? ni Vigné ni Apheça.

Deux enfants Arhex ont fondé des familles en Soule : Jeanne Marie épouse Arostéguy à Licq Athérey et un Pierre fonde un foyer à Sauguis St Etienne.

En Argentine

Vers 1885, Pierre Arhex né en 1859 a épousé une Argentine Maria Urruti d’ascendance basque espagnole. Ce couple a eu plusieurs enfants dont Martina néeen 1896 à Adolfo Alsina, Provincia de Buenos Aires.

Françoix devenu Francisco a épousé Antonia Urruti, certainement la sœur de Maria car on retrouve les deux couples dans les mêmes localités

Marcos Arhex a lui aussi épousé en 1880 une jeune Argentine, d’origine basque Bernarda Elizalde.

Pas de traces des deux autres frères Jean Pierre né en 1854 et Pierre en 1868.

Quant à Pierre Arhex et Anne Jaureguy, on les retrouve dans un acte, parrains d’un petit-fils en 1892 à Benito Juarez alors qu’en 1880 ils assistent au mariage d’un fils à Sauguis.

Les Arhex sont restés fidèles aux travaux des champs : agriculture et élevage de bovins et ovins. Ils se sont déplacés dans la province de Buenos Aires et en limite de la Pampa : Carhué et le Partido de Adolfo Alsina ; Juarez, Genaral Acha Ce sont des plaines de terres fertiles. Carhué, conquise en 1876, fut la ville la plus proche de la frontière avec le territoire indien. A cette époque, la vie des « campesinos » était périlleuse toujours menacés par des attaques des Indiens et on raconte qu’il n’était pas rare de voir un paysan labourant son champ armé d’un fusil.

La famille Laborde

Jean Laborde, né en 1888 à Hasparren, est le fils naturel de Marie-Léone Laborde née en 1863 aussi à Bonloc. En 1888, elle habite avec ses parents la maison Chapatandea, elle est la fille de Jean Laborde, maçon et de Marie Bidegain.

Cas enfants n’avaient aucun avenir au pays basque puisqu’ils étaient exclus de l’héritage surtout si la mère se mariait après leur naissance. Leur avenir fut l’émigration et certains y obtinrent de très belles réussites.

Facundo a trouvé des lettres de Marie Laborde écrivant à son fils et lui recommandant de saluer Don Pedro Arhex son beau-père. Se connaissaient-ils ? Licq Athérey et Hasparren ne sont pas des communes voisines.

L’histoire de la famille Laborde d’Hasparren écrite par Facundo Gonzalez Laborde sera publiée en espagnol

Avec l’aimable collaboration de Facundo Gonzalez Laborde, pianiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>