Casamayouret Augustin

Accous

Voici une demande venant du Paraguay, c’est rare, car à part l’opération « Nueva Burdeos » qui a finalement échoué, peu de Basques et de Béarnais sont partis dans ce petit pays coincé entre l’Argentine, le Brésil et la Bolivie. C’est à Asunción, la capitale, que sont établis certains descendants de Augustin Casamayouret.

Laureano, fils de Agustín

Augustin Casamayouret est né à Accous dans le quartier Jouers, le 14 avril 1860, c’est le septième enfant des onze de Jean-Baptiste Casamayouret et de Marie Latourette.

A Accous, vivaient plusieurs familles Casamayouret, pour les reconnaître, on ajoutait le nom de la maison pour les papiers officiels ; cette famille était Casamayouret-Louis, même chose pour le nom de la mère qui devenait Latourette-Lucq.

En 1845, à Accous a eu lieu le mariage de Jean-Baptiste Casamayouret-Louis, 21 ans, né en 1824 dans le village, actuellement agriculteur et pasteur de brebis, fils de Michel Casamayouret et de Louis Marie. L’épouse Marie-Scholastique Latourette-Lucq , née en 1828, n’a que 17 ans ; elle est la fille de Latourette Antoine et de Lucq Rose.

Le jeune couple s’installe dans la maison des parents paternels et c’est dans cette maison que naîtront les 11 enfants : Michel en 1848, Rose en 1849, Jean en 1851, Antoine en 1854 décédé à deux mois, Anne-Marie en 1855, Jean en 1858, Augustin en 1860, Marie en 1861, Jean-Pierre en 1864, Antoine en 1866, Marie- Jeanne en 1868 et Joseph en 1871.

Que deviennent ces onze Casamayouret ?

Michel émigre en Argentine puis il rentre en France en ayant amassé un joli pécule puisque lors de son mariage en 1899 il est qualifié de rentier ; il a 48 ans quand il épouse Thérèse Carrerot âgée de 19 ans. C’est son second mariage il est veuf depuis trois ans de sa première épouse décédée à Buenos Aires.

Jean (1851), Jean (1858), Augustin, Jean-Pierre et Joseph émigrent également.

Antoine est le seul garçon fondant un foyer à Issor en Béarn.

Rose, Anne-Marie et Marie se marient à Accous ou dans les environs immédiats.

Le père Jean-Baptiste Casamayouret décède en 1899 dans sa maison natale à l’âge de 75 ans, la mère Marie Latourette vivra après 1900.

La vie en Argentine

Michel a quitté le Béarn en novembre 1873, il a pris le bateau « Rio grande » à Bordeaux en direction de Buenos Aires où il a demandé son immatriculation en 1874. En 1887, à Ayacucho, Buenos Aires, Michel Casamayouret épouse Rose-Marie Carrerot née comme lui à Accous ; il a 39 ans, elle 22 ans, il est berger. On ne trouve plus de traces de sa vie ni de naissance des enfants jusqu’à son remariage en France à Accous en 1899 avec la plus jeune sœur de sa première épouse, Thérèze Carrerot de 29 ans sa cadette.

Jean (1851) devenu Juan est installé à Tres Arroyos une région d’agriculture et d’élevage de la provincia de Buenos Aires, il a épousé une Italienne Marie Luisa Adelaïda Fava ou Faba dont il a plusieurs enfants surtout des filles qui fondent des foyers autour de Tres Arroyos.

Jean (1858) : son registre militaire signale qu’il a émigré à Buenos Aires mais on ne trouve pas de traces, c’est difficile car les prénoms changent selon l’officiel et le familial.

Augustin ou Agustín est l’arrière-grand-père de mon correspondant. Il apparaît dans le recensement de 1895, il est criador (éleveur) dans la Pampa, marié depuis 2 ans à Justina une jeune Argentine de 16 ans. La même année, il se fait immatriculer au Consulat de la Plata où il dit être arrivé en 1879, il possède sa propre exploitation de 2 500 hectares. C’est un homme bien établi 1.68m, yeux bleus, il signe d’une belle écriture. Le même jour, se fait immatriculer son frère Jean-Pierre lui aussi marié.

La jeune épouse d’Agustín a dû décéder, il part vers le nord : en 1913, il vit dans le Chaco où naît son fils Laureano dont la mère est Alejandra Mora, argentine.

Laureano, son épouse et sa fille Maria-Angelica

En 1915, il traverse la frontière et s’installe à Ybytymí, département de Paraguarí à une centaine de kilomètres de Asunción au Paraguay. Une seconde fille, Emiliana, voit le jour au Paraguay mais le 24 novembre 1915, Agustín décède à 55 ans.

Gustavo Ferreira Casamayouret mon correspondant qui cherche ses racines est le fils de Maria Angelica Casamayouret Arellano, fille de Laureano Casamayouret Mora.

Jean Pierre devenu Pedro en Argentine vit dans la Pampa Centrale à Victorica dans le département de Loventué. En 1895, il était « hacendado » marié à Luisa Alvarez mais en 1900 certainement veuf il avait épousé Vicente Larregui, 16 ans, avec qui il eut plusieurs enfants à Santa Rosa dans la Pampa.

Joseph, Jose le dernier des enfants a fondé un foyer à Juarez avec une Espagnole Adelaïda Fernandez ; ils ont été les parents de nombreux enfants.

Et Antoine Casamayouret, le béarnais, que devient-il ?

Il reste avec ses parents à Accous où il épouse Marie Cazou-Mingot, quelques années plus tard il déménage à Issor certainement pour exploiter une ferme plus grande. De ses 4 enfants, deux filles émigreront en Californie où elle épouseront deux frères William-Julio et Silvio Dollosso (généalogie de Angela Gibson)

Grâce à ces recherches, le lien est établi entre le Paraguay et la Californie. Le but de ce blog est atteint une fois de plus !

Avec l’aimable collaboration de Gustavo Ferreira Casamayouret

  NombreAugustin Casamayouret
GéneroMasculino
Nacimiento14 de Abr de 1860   Accous, Basses-Pyrénées, Aquitaine, France
Fallecimiento24 de Nov de 1915   Ybytymi Paraguay
Funeral26 de Nov de 1915   Ybytymí, Paraguarí, Paraguay
PadresJean Baptiste Casamayouret
Marie Scholastique Casamayouret (nacida Latourrette Lucq)
Décès de Agustín
Arriba izquierda: Cristobal Casamayouret Mora
Abajo izquierda: Laureano Casamayouret Mora
Arriba derecha: Cándido Lorenzo Casamayouret Mora
Abajo derecha: Anselmo Casamayouret Mora
en el centro: Aurora Emiliana Casamayouret Mora
Naissance de Maria-Angelica fille de Laureano
Site touristique sur Internet

4 réflexions sur « Casamayouret Augustin »

    1. Christiane Bidot Naude

      Merci beaucoup , C’est donc Jean Antoine né en 1854. Savez vous s’il est resté en France ou s’il a émigré ?
      Je dois ajouter des enfants de Augustin dont Gustavo, son descendant, vient de m’envoyer des photos .
      Etes-vous de la famille ? Correspondez vous avec les Paraguayens ou les Argentins ?
      Cordialement

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.