Archives de catégorie : A propos de…

Choisir l’émigration

Auteur : Raymond Madaune, décédé

Issu d’une famille franco-chilienne, Raymond Madaune était un homme courtois, affable et très cultivé avec qui j’ai aimé collaborer.

Voici son opinion sur l’émigration et un document sur les conditions de voyage et d’accueil au Chili en 1892.

Il ne faudrait tout de même pas se faire à l’idée que la majorité de ces émigrants étaient des « accidentés de la vie ». Pour beaucoup, tenter l’aventure des Amériques était un acte positif, un geste « viril » de prise en main de leur destin, même si parfois (à 20 ans on n’a pas envie de perdre 5 ans dans les armées de l’Empereur des Français – si on a tiré le mauvais numéro !) un peu de système D s’imposait. Cela n’en faisait pas pour autant de mauvaises gens, ni des fuyards.

En cette partie du XIXème siècle, les Amériques avaient besoin de cadres, dans tous les domaines, et de main d’œuvre expérimentée. L’Europe leur fournissait des volontaires bien décidés à réussir.

Continuer la lecture

Émigrés morts au combat

Uruguay

L’Uruguay et son histoire

L’Uruguay est un petit pays d’Amérique du Sud (180 000 km2) coincé entre deux géants l’Argentine et le Brésil. Son histoire et son économie dépendent de ses énormes voisins.

Après sa lutte contre l’Empire colonial espagnol, José Artigas (1764-1850) est le héros fondateur de la Republica Oriental (Uruguay), mais pendant tout le XIXe siècle, l’Uruguay sera en proie à des combats « La Guerra Grande» dus à la discorde civile et à l’intervention des puissances britannique, française et argentine. En 1842, les Européens se retirent, le président uruguayen Oribe, exilé à Buenos Aires, aidé par les troupes argentines essaie de reprendre le pouvoir ; il réussit à prendre le contrôle de la campagne mais Montevideo résiste et son siège durera de février 1843 à octobre 1851. C’est alors que se crée La Légion Française de Montevideo. Continuer la lecture

L’arrivée de Pierre Naude au Mexique

J’ai raconté l’histoire de Pierre Naude de Pontacq émigré au Mexique mais je ne connaissais pas la cause de cette émigration ; les Naude de Pontacq étaient aisés. Quelle raison avait donc poussé Pierre à émigrer ? Le hasard de sa carrière militaire. Ensuite d’autres membres de la famille sont partis avec succès.

L’arrivée de Pierre Naude

De 1861 à 1867, la France envoya une expédition militaire au Mexique dont l’objectif était d’installer un régime favorable aux intérêts français sous le gouvernement de l’empereur Maximilien. Ce fut un désastre et Maximilien fut fusillé.

Extrait du livre de Jean Christophe Demard Continuer la lecture

Emigration béarnaise en Amérique

Le département des Pyrénées atlantiques est constitué de plusieurs entités : le Béarn recouvrant les 3/5 du territoire, les trois provinces basques (Labourd, Basse Navarre et Soule) et les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache.

Cliquer sur la carte pour l’agrandir

 

La population béarnaise représente plus de la moitié de la population du département : 370 000 habitants en Béarn sur 660 000 dans le département. Continuer la lecture

« Paroles de bergers du Pays Basque au Far West »

Un livre de Gaby Etchebarne

Je veux ici parler d’un livre qui m’a touchée car il traite de deux sujets qui me passionnent : la généalogie et l’émigration.

Gaby Etchebarne, une dame âgée, a laissé parler son cœur dans cet ouvrage.

Petite-fille d’un émigré des Aldudes parti aux Amériques puis revenu au village natal, Gaby a toujours eu envie de témoigner. « Dans mon village natal, aux Aldudes, j’ai toujours vu des compatriotes partir au loin vers cette Amérique d’où l’on rentrait chargé d’or ; c’est du moins ce que nous imaginions à l’époque. » Continuer la lecture

Une émigration béarnaise au Mexique

Au XIXème siècle, de nombreux Béarnais ont émigré en Amérique latine, principalement Argentine, Uruguay et Chili ainsi qu’en Californie mais depuis deux ans, nous recevons aussi des demandes de recherches émanant du Mexique.

Les relevés des départs (visas) du Port de Bordeaux entre 1839 et 1870 indiquent que 530 personnes des Basses Pyrénées sont parties pour le Mexique dont 349 pour Veracruz, 49 pour Mexico et les autres avec seule destination : Mexique.

L’émigration vers Veracruz

Dans ces départs on distingue deux sortes d’émigrants :

Les agriculteurs partis de la région de Pau et s’installant à Jicaltepec et les négociants venant de la région d’Oloron Sainte Marie se fixant surtout dans la ville de Veracruz. Continuer la lecture

Famille Mousquère

Athos Aspis / Sauveterre Sunharte

Une bien belle après midi. Même si le temps n’est pas très clément en ce mois de mai, le soleil accompagna notre rencontre le lundi 27.

Depuis de longues années Zelce Mousquer cherche ses racines béarnaises. Lorsque je l’ai rencontrée en 2007 à Porto Alegre, j’ai apprécié sa détermination dans l’idée d’écrire un ouvrage sur ses origines. Chercheuse acharnée, elle avait déjà amassé de nombreux documents et peu à peu le livre a pris forme ; il restait un rêve : le voyage en Béarn, fouler la terre de ses ancêtres, mettre ses pas dans les leurs ….et ce fut le 27 mai 2013 qu’elle l’accomplit. Continuer la lecture

« Asociación Franco Uruguaya de Bearneses » AFUB

Supervielle Mercedès

En avril, Mercedès Supervielle, présidente de l AFUB dont le siège est à Montevideo, est venu rendre visite au Pays de ses ancêtres béarnais à Oloron et grâce à une amie commune, Anna Lalanne grande voyageuse en Argentine et Uruguay, j’ai pu la recevoir.

En Béarn, le poète Jules Supervielle est connu de tous et en particulier des Oloronais dont le Lycée porte son nom : Lycée Jules Supervielle. C’est dans le cimetière d’Oloron que reposent ses restes.

A Oloron, les Supervielle étaient horlogers, ils vivaient confortablement mais à la fin du XIXe siècle, partir pour l’Amérique était tentant, tous espéraient y faire fortune. Les Supervielle fondèrent une banque et la fortune fut au rendez-vous. Jules naquit à Montevideo mais lors d’un voyage en France ses parents moururent ; ses oncles virent le chercher et il fut élevé à Montevideo avec ses cousins (dont le grand-père de Mercedès) qu’il prend pour des frères ; ce n’est qu’à neuf ans qu’il apprendra la vérité. http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Supervielle Continuer la lecture