Emigration béarnaise en Amérique

Le département des Pyrénées atlantiques est constitué de plusieurs entités : le Béarn recouvrant les 3/5 du territoire, les trois provinces basques (Labourd, Basse Navarre et Soule) et les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache.

Cliquer sur la carte pour l’agrandir

 

La population béarnaise représente plus de la moitié de la population du département : 370 000 habitants en Béarn sur 660 000 dans le département. Lire la suite

« Paroles de bergers du Pays Basque au Far West »

Un livre de Gaby Etchebarne

Je veux ici parler d’un livre qui m’a touchée car il traite de deux sujets qui me passionnent : la généalogie et l’émigration.

Gaby Etchebarne, une dame âgée, a laissé parler son cœur dans cet ouvrage.

Petite-fille d’un émigré des Aldudes parti aux Amériques puis revenu au village natal, Gaby a toujours eu envie de témoigner. « Dans mon village natal, aux Aldudes, j’ai toujours vu des compatriotes partir au loin vers cette Amérique d’où l’on rentrait chargé d’or ; c’est du moins ce que nous imaginions à l’époque. » Lire la suite

Une émigration béarnaise au Mexique

Au XIXème siècle, de nombreux Béarnais ont émigré en Amérique latine, principalement Argentine, Uruguay et Chili ainsi qu’en Californie mais depuis deux ans, nous recevons aussi des demandes de recherches émanant du Mexique.

Les relevés des départs (visas) du Port de Bordeaux entre 1839 et 1870 indiquent que 530 personnes des Basses Pyrénées sont parties pour le Mexique dont 349 pour Veracruz, 49 pour Mexico et les autres avec seule destination : Mexique.

L’émigration vers Veracruz

Dans ces départs on distingue deux sortes d’émigrants :

Les agriculteurs partis de la région de Pau et s’installant à Jicaltepec et les négociants venant de la région d’Oloron Sainte Marie se fixant surtout dans la ville de Veracruz. Lire la suite

Famille Mousquère

Athos Aspis / Sauveterre Sunharte

Une bien belle après midi. Même si le temps n’est pas très clément en ce mois de mai, le soleil accompagna notre rencontre le lundi 27.

Depuis de longues années Zelce Mousquer cherche ses racines béarnaises. Lorsque je l’ai rencontrée en 2007 à Porto Alegre, j’ai apprécié sa détermination dans l’idée d’écrire un ouvrage sur ses origines. Chercheuse acharnée, elle avait déjà amassé de nombreux documents et peu à peu le livre a pris forme ; il restait un rêve : le voyage en Béarn, fouler la terre de ses ancêtres, mettre ses pas dans les leurs ….et ce fut le 27 mai 2013 qu’elle l’accomplit. Lire la suite

« Asociación Franco Uruguaya de Bearneses » AFUB

Supervielle Mercedès

En avril, Mercedès Supervielle, présidente de l AFUB dont le siège est à Montevideo, est venu rendre visite au Pays de ses ancêtres béarnais à Oloron et grâce à une amie commune, Anna Lalanne grande voyageuse en Argentine et Uruguay, j’ai pu la recevoir.

En Béarn, le poète Jules Supervielle est connu de tous et en particulier des Oloronais dont le Lycée porte son nom : Lycée Jules Supervielle. C’est dans le cimetière d’Oloron que reposent ses restes.

A Oloron, les Supervielle étaient horlogers, ils vivaient confortablement mais à la fin du XIXe siècle, partir pour l’Amérique était tentant, tous espéraient y faire fortune. Les Supervielle fondèrent une banque et la fortune fut au rendez-vous. Jules naquit à Montevideo mais lors d’un voyage en France ses parents moururent ; ses oncles virent le chercher et il fut élevé à Montevideo avec ses cousins (dont le grand-père de Mercedès) qu’il prend pour des frères ; ce n’est qu’à neuf ans qu’il apprendra la vérité. http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Supervielle Lire la suite

14 juillet en Argentine

Souvenirs de Cristina Julie Bethular Borgeaud (Français puis español)

Je veux partager avec tous les membres du groupe l’un des plus beaux souvenirs de mon enfance : la commémoration du 14 juillet qui était célébrée dans les années 1950 à Arrecifes, Provincia du Buenos Aires en Argentine.

J’étais petite et quelques souvenirs sont un peu vagues mais comme mes parents Armando Bethular et Julie Borgeaud, évoquaient souvent le sujet, ils restent gravés dans ma mémoire.

Mon grand-père Paul Bethular (1885-1954), fils de Jean Bethular, était à cette époque, le président de la Société Française de Arrecifes, et toute la famille, même celle de ma mère, des Suisses français, collaboraient et participaient à la fête.

Très tôt le matin les bombes résonnaient avec fracas, comme c’est la coutume les jours de fêtes dans tous les villages argentins, puis suivaient les réceptions officielles sur la place du village et à midi le grand banquet. Lire la suite

Hommage aux émigrés

Escot

Dès ma plus tendre enfance, j’ai été bercée par les récits de ma tante Madeleine Lalanne racontant la douleur de sa grand-mère Engrâce lors du départ aux Amériques de ses quatre enfants et de son époux. L’émigration a donc toujours été présente dans ma vie et plus tard, elle fut ravivée par les conversations familiales avec mon cousin Jean Capdevielle, porteur de oh! combien d’histoires sur les départs de jeunes du hameau et par les souvenirs de Madame Brenner, autre mémoire du village.

En prenant de l’âge, il m’a semblé nécessaire de laisser une trace de cette émigration qui a été si importante en vallée d’Aspe et dans mon village natal : Escot. Lire la suite

Recherches en Amérique latine

1 – Vérifier le pays d’émigration :

Aux Archives du département de naissance de l’émigré. 

  • Série R : Dans les  registres militaires ou dans les registres cantonaux, l’on peut trouver le pays  et même la ville d’émigration, que le jeune homme soit insoumis ou qu’il soit parti après avoir accompli son service militaire.
  • Série Q : Lors d’un décès d’une personne, le bureau de l’enregistrement du canton procède à une « mutation par décès ». Dans cet acte, la veuve ou un enfant vient au nom de tous et l’on trouve
  • Les noms et lieu de résidence des enfants vivants avec plus ou moins de précision
  • Les noms d’épouses des filles mariées.

Lire la suite