Carriquiry Raymond

Camou-Cihigue

Raymond Carriquiry est né le en 1870 à Camou-Cihigue, dans la maison Jaureguiber. Il est le 5ème fils de Arnaud Carriquiry, 42 ans, et de Marie Houret, 32 ans. Les Carriquiry sont propriétaires de leur maison mais donner une situation à 11 enfants est une chose difficile presque impossible. A 12 ans, Raymond est déjà placé domestique chez les Iribarne, ses frères et sœurs travaillent aussi dans différentes maisons ; seul Pierre reste à la maison ; il héritera de Jaureguiber où il fondera une famille. Selon les recensements, en 1886, Raymond est encore à Camou ; Joseph n’y est plus et en 1891 les deux frères ont quitté la maison paternelle. Ni Raymond, ni Joseph n’ont fait le service militaire mais on ne sait pas s’ils sont partis ensemble ou séparément. En Argentine, les familles ne se connaissaient pas.

Raymond s’est installé à Rojas, dans la Province de Buenos Aires où il a exercé la profession de commerçant durant toute sa vie. En 1900, Il a épousé Herminda Valenzuela Alvarado une jeune Argentine issue d’une très ancienne famille de Rojas. Ce couple a eu 4 enfants : Xiomara Herminda (1901-1990), Maria Magdalena (1903-1941), Fernando Ignacio (1905-1917) et Carmen Lilia (1907-1990).

Des quatre enfants de Raymond Carriquiry, seule Carmen Lilia épouse Zanotti eut une descendance ; Xiomara l’aînée s’est mariée mais n’a pas eu d’enfants ; Maria Magdalena est décédée, célibataire à 38 ans, et Fernando Ignacio n’a pas dépassé les 12 ans. Ce sont les trois enfants de Carmen Lilia, uniques petits-enfants de Raymond : Oscar Francisco, Lilia Inès (ma correspondante) et Fernando Eduardo qui recherchent leurs racines basques. Leur grande tristesse demeure que leur mère et leur tante Xiomara n’aient pas pu en connaître le résultat et partager leur joie.

Chercher leurs racines, fut un besoin que la famille Zanotti-Carriquiry ressentit depuis longtemps puisqu’il y a une dizaine d’années Lilia, professeur à la retraite domiciliée au Brésil, est venue à Camou-Cihigue où elle a vu la maison Jaureguiber qu’elle a photographiée. Son frère aîné Oscar Francisco a aussi visité Camou-Cihigue mais il a eu moins de chance et est retourné en Amérique sans avoir vu la maison Jaureguiber.

Une des dernières sœurs de Raymond, Marie Anne, religieuse à Ustaritz maintenait des contacts épistolaires mais à son décès en 1963 la correspondance a cessé.

Par les recensements argentins, elle a retrouve Joseph qui a aussi fondé une famille à Rojas.

Raymond et Joseph ont quitté le pays basque pour trouver un avenir meilleur mais pas à cause de la misère. Issus d’une famille nombreuse, ils ne pouvaient pas espérer posséder des terres.

 

L’ascendance de Raymond Carriquiry.

Ses parents se sont mariés en 1863 à Camou-Cihigue, un petit village de la Soule.

Carriquiry dit Araïnty Arnaud, 37 ans, né à Lacarry, fils de Jean Carriquiry dit Araïnty et de Marie Etchahon Araïnty, les deux décédés au quartier Arhan

avec Marie Houret, 23 ans fils de Pierre Houret et Marie Barneix domiciliés à Camou.

Arnaud Carriquiry est né à Lacarry dans la maison Araïnty en1826, son père apparaît sous le patronyme Arainty et sa mère Sacristin. Les gens sont souvent authentifiés par le nom de la maison qu’ils habitent.Sa mère décède lorsqu’il a 6 ans, son père se remarie donc Arnaud ne peut compter sur aucun héritage. Il est venu gendre dans la maison Jaureguiber avec un apport de 3000 francs. Marie Houret avait un frère mais elle est l’aînée donc l’héritière ; au Pays basque le droit d’aînesse considérait au même titre les filles et les garçons. Mais en général, le gendre n’arrivait pas les mains vides et il se mariait relativement âgé pour avoir le temps de gagner un pécule par son travail.

La maison Jaureguiber est transmise par les filles pendant 4 générations. Marie Houret, sa mère Marie Barneix, sa grand-mère Marie Mignaçabal et son arrière grand-mère Marie Jaureguiber en ont été les héritières.

Jusqu’en 1926, c’est la famille Carriquiry qui vit à Jaureguiber. A partir de cette date, il n’y a plus de Carriquiry à Camou. Déménagement ou émigration ?

 

Que sont devenus les enfants Carriquiry ?

Jean et Pierre se sont mariés à Camou Cihigue où ils ont fondé des familles ; Jean né en 1875 s’est marié et est décédé à Oloron. Jean né en 1879 s’est marié à Paris et il est décédé à Mauléon. Rose était domestique en 1895, Marider vivait à Camou avec son frère et sa mère et Marie Anne était religieuse au Pays basque et en Espagne ; quant à Raymond et Joseph ils étaient installés en Argentine et ne sont jamais revenus à Camou-Cihigue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>