Bordagorry Adolphe

Behasque

« Je cherche ce qu’est devenu mon arrière-grand-père entre 1925-1930 ; il vivait en Argentine dans la province de Corrientes, loin de la capitale… Un jour, il partit à Buenos Aires pour faire des achats et on n’a plus jamais eu de ses nouvelles. Que s’est-il passé ? Est-il revenu en France, à Béhasque ou St Palais. Nous n’avons pas la certitude qu’il soit décédé en France » c’est le premier mail que j’ai reçu d’Anahi Bordagorry. Après vérification, son bisaïeul Adolphe Bordagorry n’apparaît ni dans les décès de St Palais, ni dans ceux de Béhasque.

Adolphe Bordagorry

Adolphe Joseph Marie est né à Béhasque-Lapiste le 11 février 1872, fils de Laurent, 54 ans, propriétaire rentier et de Marie Rose Elizalde, 26 ans ; sa deuxième épouse. Il a émigré en Argentine avant ses 18 ans puisqu’il est absent au Conseil de révision.

 

Première génération paternelle

La famille Bordagorry–Elizalde de Béhasque

En 1860, lors du décès de sa mère, Laurent Bordagorry est négociant au Brésil, il rentre au pays basque et épouse, à St Palais en 1861, Agnés Castula Elizalde née dans l’île de Cuba à La Havane ; il a 42 ans, elle 20.

Des enfants naissent : Jeanne Marie Inés en 1862, Julia Maria Regla en 1864, Laurent Martin Baptiste en 1865 mais Agnès Castula décède le 6 juin 1867 à 26 ans.

Sa sœur Marie Regla Elizalde née aussi à Cuba et qui habitait avec le couple, la maison Aguerria à Béhasque , est déjà décédée le 13 mai de la même année à 23 ans.

Pourquoi deux si jeunes femmes meurent-elles à moins d’un mois dans la même maison ? Une épidémie, la tuberculose ?

Le 19 août 1869, Laurent Bordagorry se remarie avec une troisième sœur Elizalde Marie Rose, 22 ans, domiciliée à Oloron Ste Marie. D’autres enfants viennent agrandir la famille : Vincent Pierre Arnaud en 1869, Vincent Jean Guillaume en 1871, Adolphe Joseph Marie en 1872, Paul Marie Rose en 1874, Jean Pierre Théodore en 1875, Dorothée Marie Joséphine et Eulalie Jeanne Marie en 1877, Adèle Marie Louise en 1878, Joséphine en 1881, Laurence en 1882 et Marguerite Marie Regla en 1885.

Soit 14 enfants.

Laurent Bordagorry a occupé la fonction de maire de Béhasque-Lapiste de 1865 à 1869.

Il est décédé en 1891 à 73 ans ; ses 3 aînés ont déjà émigré en Amérique, son épouse reste avec 10 enfants mineurs, on ne cite pas Vincent Pierre Arnaud dans la succession.

En 1883, la fille aînée Jeanne Marie épouse Jean Arnaud Biscayart commerçant à la Havane, il a 36 ans, elle 20. 

 

Deuxième génération paternelle 

La famille Bordagorry-Indart de Irissary.

La fortune et les rentes de Laurent ne viennent pas de son héritage. Lors de son mariage en 1810, son père Guillaume est maçon, fils de Dominique Bordagorry et de Marie Leichardoy, locataires de la maison Etchart à Irissary. Sa mère Marie Indart est orpheline de son père Pierre et vit avec sa mère Jeanne Diron, locataire de la maison Iribarneçahar.

Guillaume décède en 1822, Jeanne l’aînée a 8 ans et Laurent n’a que 4 ans, ils sont locataires de la maison Eliçabehere.

Marie Indart se remarie en 1823 avec Jean Meharu, ils ont 3 enfants : Dominique, Jean et Laurent.

Mais en 1843, lors du mariage de sa fille, Marie Indart est propriétaire de la maison Bidondoa.

Marie Indart décède à Irissary en 1860 à 70 ans.

Lors de sa succession, la propriété Bidondoa a une superficie de 7 ha achetées en 4 fois, ses héritiers sont : Laurent Bordagorry négociant au Brésil ; Jeanne Bordagorry aubergiste à Irissary ; Dominique Meharu horloger à St Palais, Jean et Jean cadet Meharu laboureurs à Irissary.

 

Deuxième génération maternelle

La famille Elizalde-Delgado de St Palais

C’est de cette famille que venaient les rentes et les terres.

Jean Elizalde et Marie Rose Delgado se sont mariés à La Havane où sont nés leurs quatre aînés ; en 1845 a lieu la première naissance à St Palais c’est Marie Rose (future mère de Adolphe et seconde épouse de Laurent Bordagorry) ; le père à 48 ans, la mère 27.

En 1847, naît une autre fille Berthe mais en 1849 Marie Rose Delgado, la maman, décède à 32 ans laissant une très grosse succession en argent et en terres.

Deux ans plus tard, en 1849, le père Jean Elizalde meurt aussi à 53 ans.

Les 6 enfants Elizalde sont orphelins : Jean Baptiste, Catalina, Agnès (première épouse de Bordagorry) et Marie Regla nés à Cuba et Marie Rose et Berthe nées en France.

La Famille Elizalde était très aisée, Jean Elizalde vivait en prêtant de l’argent ; il possédait des maisons dont une neuve à St Palais, des terres et une maison à Béhasque. Certainement la propriété Aguerria où vivaient les Bordagorry.

 

Adolphe Bordagorry en Argentine

Adolphe s’installe dans la province de Corrientes au nord-est de l’Argentine. Il épouse Maria Martina Telechea Laphitz, d’origine basque. Ils auront 6 enfants à Paraje Izoqui une section de la ville « La Cruz » : Juana Rosa en 1913 ; Lizardo Antonio en 1914, Pedro Lorenzo en 1915 (c’est le grand père de Anahi) Blanca Ines en 1817 et Maria Josefina en 1924.

La province de Corrientes située au nord-est de l’Argentine a des frontières avec le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay c’est une région très plate qui appartenait aux Indiens Guaranis. Pendant la colonisation espagnole elle fut occupée par des Missionnaires Jésuites qui contrairement aux autres ordres religieux entretenaient de bons rapports avec les Indiens. Quand l’Argentine est devenue indépendante ; elle a voulu « poblar y civilizar » cette zone et a distribué des terres aux Européens arrivant de tous les pays. Adolphe fut un de ceux-là.

Adolphe n’était pas vraiment ingénieur agronome mais il avait des connaissances en agriculture ce qui lui a permis de diriger plusieurs « chacras » dans la zone d’Izoqui de la ville de « La Cruz »

Quelques années avant sa disparition, Adolphe et sa famille ont déménagé dans la province de « Entre Rios » pour prendre la direction d’une plantation (coton ou canne à sucre) mais ensuite sa veuve (?) et ses enfants sont revenus à La Cruz, leur patrie d’origine.

 

Voici une petite histoire de La Cruz


et un hommage à sa ville chanté par Malela Ragunaga Bordagorry descendant de Juana Rosa la fille aînée d’Adolphe

 

Les enfants d’Adolphe Bordagorry

Lizardo Antonio et les trois filles se sont mariées et installés à Buenos Aires. Les familles Bordagorry sont toujours restées en contact

 

Pedro Lorenzo né en 1915 à La Cruz parlait de son enfance, de son départ à Entre Rios à 9 ans et surtout de son retour à La Cruz lors de la disparition de son père quand il avait environ 14 ans. Dans son souvenir son père était parti avec une importante somme d’argent pour affaires ; il avait rendez-vous à Buenos Aires avec un beau-frère mais il n’est jamais arrivé et on n’a jamais rien su, personne ne l’a jamais revu. Ce drame a marqué la famille : a-t-il été assassiné ou s’est-il enfui pour changer de vie ???

Pedro Lorenzo a connu Maria Ada Nair Mansilla à Buenos Aires où ils se sont mariés ; tous deux travaillaient dans des usines de la capitale. Quand le père de Maria Ada est décédé ils sont revenus dans la province de Corrientes pour collaborer à la gestion de nombreux commerces que possédait la famille Mansilla.

Pedro Lorenzo et Maria Ada ont eu deux fils : Adolfo Victor et Gustavo Leonardo.

Gustavo Leonardo a épousé Patricia, pédiatre comme lui ; ce sont eux qui sont venus à Saint Palais en 2016.

Anahi qui a fait toutes les recherches est la fille aînée de leur famille de six beaux enfants. Tous leurs enfants ainsi que leurs neveux (fils de Lizardo) exercent des professions libérales : pédiatres, médecins, vétérinaires, psychologues…

Dès qu’ils ont pris leur retraite de médecins pédiatres en 2016, Gustavo Léonardo et son épouse Patricia Martinez ont voyagé en Europe en passant par Saint-Palais mais sans pouvoir rejoindre Béhasque !!! Que lastima !!!

 

Les frères et sœurs d’Adolphe Bordagorry 

Ils sont tous nés à Béhasque mais aucun n’y est décédé ; quatre seulement sont restés en France

1 – Jeanne Regla Inés née en 1862 a épousé, à Etcharry, Arnaud Biscayart négociant à Cuba

2 – Vincent Pierre Arnaud né en 1869 épouse Gracieuse Erramoundeguy à Ispoure

3 – Joséphine née en 1881 décède célibataire à Sorèze dans le Tarn.

 

D’autres ont émigré

4 – Julia Maria Regla née en 1864 émigre en 1882 certainement vers l’Argentine

5 – Laurent Martin né 1865 émigre au Brésil à Sao Pedro dans le rio Grande do Sul, sa fille Nair correspond avec Anahi

6 – Jean Vincent né en 1871 se marie à Bayonne avec Matilde François de Saint Clair, il est dit rentier mais il fait de fréquents déplacements au Chili où il doit avoir des commerces ; en 1939 il ne rentre pas en France et décède à Santiago.

Sa descendance vit au Chili et aux USA.

7 – Paul Marie Rose né en 1874 émigre en 1889

8 – Jean Pierre Théodore né en 1875 s’installe à Rosario Santa Fe En Argentine

9 – Dorothée Marie Joséphine née en 1877 émigre en 1900

10 – Margarita Marie Rose née en 1885 se marie à Madrid avec Lorenzo Espiga ; une descendante espagnole correspond avec Anahi

11 – 12 – Eulalie Jeanne Marie et Adèle dont on ne sait rien.

 

L’Argentine Anahi Bordagorry s’est passionnée pour les recherches sur sa famille ; elle a été aidée par l’Espagnole Patricia Espiga et par la Chilienne Danielle .Pensant récolté de nombreux détails sur la famille elles ont ouvert un groupe privé sur Facebook ; de nombreux Bordagorry d’Uruguay, du Chili d’Argentine les ont rejointes mais ils savaient peu de choses sur la famille.

 

Recherches faites par Anahi Bordagorry en Amérique et Christiane Bidot-Naude en France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>