Les Nöels à Asasp de Marguerite Supervielle en 1897-1898-1899…

Vallée d’Aspe

Lorsque nous étions enfants, à la veillée de Noël, notre maman nous faisait revivre, avec ses talents de conteuse, les Noëls de sa petite enfance. Pour moi enfant de la ville, ces Noëls d’un autre temps, faisaient mon émerveillement. En voici le récit :

Oncle Achille, jeune frère de notre père qui était prêtre, était le curé d’Asasp, village qui se trouvait sur la route d’Espagne, à une dizaine de kilomètres d’Oloron.

Chaque année, le matin du 24 décembre, notre maman et ses quatre enfants prenaient place dans une voiture louée avec son cocher pour la circonstance, tandis que notre père, sur son cheval, caracolait autour de nous.

Continuer la lecture

Itharte Jean-Marc, Marcelino ou Juan

Castelnau-Camblong

Cette région entre Oloron et Navarrenx appelée le Béarn des Gaves est une zone agricole fertile, pourtant de nombreux jeunes gens de ces villages ; Castelnau-Camblong, Ogenne-Camptort, Bugnein, etc… ont émigré en Amérique latine. A Bugnein, résidait l’agent d’émigration Laplace qui a recruté de nombreux émigrants, les Itharte sont partis avant.

Signature lors de son immatriculation en 1859

Jean-Marc Itharte est né en 1836 dans une famille de Castelnau-Camblong, c’est le dernier fils de Jean Itharte et de Anne Arthie.

Jean Itharte et Anne Arthie se sont mariés en 1820 à Charre. L’époux est né à Charre dans une famille de laboureurs en 1798, fils de Jean Itharte et de Marie Iritein de Mendibieu ; l’épouse, Anne Arthie, née en 1795, est la fille de Pierre Arthie originaire de Barran en Haute-Garonne et de Catherine Larroque de Nabas. L’époux et le père de l’épouse savent signer, l’épouse non. Peu de femmes signaient à cette époque.

Le jeune couple s’installe à Castelnau-Camblong où naissent cinq enfants : Catherine en 1822, Pierre en 1824, Marie en 1828, un autre Pierre en 1831 et Jean-Marc, déclaré Arnaud-Marc, en 1836.

Continuer la lecture

Danty Jacques/ Danti Santiago

Bordères sur l’Echez

Bordères sur l’Echez est un gros bourg situé à 4 km de Tarbes ; par cette proximité d’une grande ville, sa population a triplé en quelques décennies ; de rurale en 1850 avec 1800 habitants, elle est devenue urbaine avec 5 400 habitants en 2020.

Santiago del Corazon de Jesus

C’est là que Jacques Danty Begolle est né en 1834 dans une famille de laboureurs. Pourquoi Begolle ajouté au patronyme Danty ? C’est toujours la question que se posent les étrangers dans les généalogies de la Bigorre et du Béarn. A Bordères, vivaient plusieurs familles Danty : Danty Begolle, Danty Manaud, Danty… il fallait les différencier pour l’état civil. Begolle pouvait être le nom de la maison, le nom d’une lointaine aïeule ou le village de Bégole dont ils pourraient être originaires ?

Donc le 8 octobre 1834, Dominique Danty Begole, laboureur est venu enregistrer la naissance d’un enfant de sexe masculin, né le matin même, de lui et de Marie Fatta Marrou son épouse et auquel il veut donner le prénom de Jacques.

Le couple Dominique Danty Begole et Marie Fatta Marrou s’est marié en 1824 à Bordères dont ils sont tous deux originaires.

Continuer la lecture

Ihigo Guillermo ou Pierre ou Jean

Arrast-Larrebieu

La recherche a été longue et difficile car Pierre était devenu Guillame en Uruguay. Les 4 fils s’appelaient Jean-Pierre, c’est courant mais le père avait oublié de déclarer un fils et une fille, ça arrive à cette époque ; malgré tout nous avons la certitude qu’il s’agit de la bonne famille grâce à un acte de mariage à Montevideo indiquant l’identité des grands-parents paternels. Ouf !

Guillermo est né en 1814, fils de Arnaud Ihigo et Anne Algatceberry, c’est le cinquième des onze enfants de la famille.

Arnaud Ihigo est né à Arrast, rattaché à Larrebieu depuis 1843, le premier janvier 1779, fils de Bernard Ihigo laboureur et de Marie Daguerremendy.

Anne Algatceberry est aussi née à Arrast le 17 octobre 1786, elle est la fille de Jean d’Algatceberry et de Marie Mendiondo.

Arrast-Larrebieu / https://www.communaute-paysbasque.fr/

Jean n’est pas l’aîné de la famille, il ne sera pas héritier de la maison d’Ihigo mais pendant quelques années c’est là que les enfants naissent :

Continuer la lecture

Chuburu Jean

Sainte-Engrâce

En 2010 j’ai reçu une demande de recherche qui m’a émue. Mon correspondant disait : « Je n’ai pratiquement pas connu mon père, je n’avais que 8 ans quand il est décédé car il s’était marié vers la soixantaine. C’était un homme taiseux qui ne parlait pas à ses enfants ; ma mère nous a raconté qu’il venait d’un village des Pyrénées : Sainte-Engrâce. Souvent avant de m’endormir, je pense à ce mot Sainte-Engrâce, verrai-je un jour ce village ? pourquoi est-il parti ? Mon rêve est de connaître l’histoire de mon père et de pouvoir la transmettre à mes trois fils qui portent le nom Chuburu venant de ce pays plein de merveilleux : Sainte- Engrâce ».

Jean Chuburu vers 50 ans 

En effet, Jean Chuburu est né le 18 janvier 1896 dans le village de Sainte-Engrâce perdu aux confins des Pyrénées qui le séparent de l’Espagne. C’est la Soule, Xiberoa, une des trois provinces basques françaises.

Difficile de décrire Sainte-Engrâce, ça monte, ça descend, ça tourne, rien n’est plat, rien n’est rectiligne mais on découvre des paysages à vous couper le souffle ; la pente des chemins qui sont devenus des chemins de randonnée est aussi propice à vous couper rapidement le souffle.

En un mot vivre dans les montagnes verdoyantes et apaisantes de Sainte-Engrâce doit être idéal mais … il faut y être né. Pourtant actuellement des retraités citadins s’y installent.

Jean a vu le jour dans la maison Bordalecu, fils d’Engrâce, 21 ans, et de père inconnu. Cette situation d’enfant dit naturel ne créait pas un problème car de nombreuses filles étaient mères célibataires et on n’abandonnait pas les bébés. Quatre ans plus tard, Engrâce, sa mère, s’est mariée avec l’héritier Costères de la maison Motolibar. Dans de nombreux cas l’enfant reste avec les grands-parents maternels.

Continuer la lecture

Mouras Marie-Louise

Dognen

Tous les villages cités se trouvent dans la région de Navarrenx. Navarrenx est un des plus beaux villages béarnais.

Marie-Louise Mouras est née le 28 mars 1877 dans le petit village de Dognen car ses parents étaient momentanément domiciliés à cet endroit ; le père, pasteur de brebis, n’était pas propriétaire de terres agricoles, les enfants naîtront au gré de ses emplois.

Ses parents François Mouras et Catherine Castaings se sont mariés à Navarrenx en 1876.

Les deux époux sont âgés de 25 ans ; François est né à Aren fils de Pierre Mouras aussi pasteur de brebis et de Jeanne Bibernette-Susbielles décédée à Barraute ; Catherine, née à Navarrenx, est la fille de feu Etienne Castaings décédé en 1854 et de Pascale-Engrâce Puyoo qui gagne sa vie comme journalière.

Le couple François Mouras et Catherine Castaings ont leur premier enfant Marie-Louise en 1877 à Dognen puis viennent Anne en 1878, décédée en 1880 ; Marie en 1880 à Lay Lamidou, Amélie en 1882 dans le même village. La famille déménage à Navarrenx où le premier garçon Victor voit le jour en 1885 suivi de son frère Jean en 1886.

Continuer la lecture

Ichante Joseph

Gurmençon

Joseph Ichante est né en vallée d’Aspe, à Gurmençon, le 24 novembre 1836. C’est l’aîné d’une fratrie de onze enfants. Les parents se sont mariés à Geüs en 1836.

L’époux Jean Ichante a 22 ans, il est né en 1813 à Geüs d’Oloron, fils de Raymond Ichante et de Marie Maysonnave, meuniers à Geüs.

L’épouse Anne-Marie Laborde native de Alos, est la fille de Joseph Laborde et de Jeanne Cournarou, également meuniers à Gurmençon.

Joseph Ichante Laborde

Les meuniers faisaient partie des notables du village, ils se mariaient souvent entre eux. Geüs et Gurmençon sont deux villages éloignés de près de 20 km ce qui est une distance notable pour des déplacements à pied ou en voiture à cheval.

Certainement que ce mariage ne plaisait pas aux parents Ichante car ils n’assistaient pas à la cérémonie mais avaient donné leur consentement par écrit. Jean, le fils aîné, devait être le successeur de son père. La famille Ichante, sans être riche, était dans une bonne position économique, un frère de l’époux était instituteur et un autre Jérôme a émigré en Nouvelle Orléans où il est décédé en 1868 à l’âge de 37 ans.

Sur l’acte de mariage, Jean, l’époux signe ainsi que le père de l’épouse mais pas l’épouse « pour ne savoir ».

Continuer la lecture

Peruilh Joseph et Étienne

Ogenne-Camptort

Je veux raconter cette histoire pour son dénouement : un Béarnais émigre sans rien, amasse une fortune dont son fils lègue une partie pour la recherche médicale. N’est-ce pas beau ?

Joseph et Étienne Peruilh ou Péreuilh sont nés respectivement le 26 novembre 1855 et le 15 juillet 1850 dans la commune d’Ogenne-Camptort près de Navarrenx ; ce sont les fils de Jean Péreuilh et Elisabeth Bintane, agriculteurs.

Le mariage des parents a eu lieu à Ogenne-Camptort le 24 septembre 1842.

https://char-navarrenx.fr/villages/ogenne-camptort/https://char-navarrenx.fr/villages/ogenne-camptort/

L’époux Bordenave dit Péreuilh Jean, âgé de 29 ans, est le fils de Bordenave dit Péreuilh Étienne et de Marie Labat.

L’épouse Tourné dit Bintane Elisabeth, 25 ans, née à Cardesse, est la fille de Tourné dit Bintane Jean et de Moussu-Lacrouts Catherine.

C’est à Ogenne-Camptort que les époux s’installent, ni l’un ni l’autre ne sont héritiers donc ils seront métayers. Peu à peu la famille s’agrandit : Catherine en 1843, Marie en 1847, Jeanne en 1849, Étienne en 1850, Joseph en 1855 et enfin Jean-Baptiste en 1862.

Continuer la lecture

Larcamon Jean

Chéraute

Juan Larcamon

Jean Larcamon est né en 1841 dans le village de Chéraute, près de Mauléon en Soule, une des trois provinces basques françaises. Il est le second fils de Dominique Larcamon et de Marianne Ossiniry.

Dominique Larcamon et Marianne Ossiniry se sont mariés en 1839 à Mauléon. L’époux déclarait avoir 35 ans et l’épouse 28 ans ; Dominique était employé au service d’un ancien négociant souletin tandis que Marianne vivait avec ses parents dans la ferme de Behaupe à Chéraute. C’est là que va s’installer momentanément le couple et que vont naître leurs deux enfants : Antoine le 15 mai 1840 et Jean le 19 septembre 1841.

La famille Larcamon

Avant de s’établir à Chéraute, Dominique Larcamon a été marié deux fois, à Arbonne, où il était au service de Mr Etcheverry, riche négociant. En février 1829, à 24 ans, il épouse Dominche Brisson, héritière de la maison Benessea d’Arbonne ; malheureusement Dominche ou Domenica décède deux mois plus tard en mettant au monde son fils Jean, en avril 1829. D’après les registres, la mère meurt mais l’enfant survit et Dominique Larcamon reste dans la maison Benessea avec ses beaux-parents.

Continuer la lecture

Paravis Dominique / Chala Graciana

Sauveterre 65 / Ispoure 64

La famille Paravis

Situé au nord des Hautes Pyrénées, à 27 km de Tarbes, le petit village de Sauveterre ne comptait plus que 167 habitants en 2019 et n’avait plus d’école. C’est là que le 31 mars 1821 est né Dominique Paravis, fils de Vital Paravis Luron et de Anne Ducos. A cette époque les habitants étaient plus nombreux à Sauveterre puisqu’en 1841 la population a atteint 504 habitants.

Graciana Chala,épouse Paravis

Mais c’est dans le village de Villefranque que se sont mariés Vital Paravis et Anne Ducos en 1813. Villefranque est encore plus petit : 79 habitants en 2019, les villages sont distants de 11 km, tous deux sentent l’histoire médiévale. Sauveterre une « sauveté » fondée par l’Eglise et Villefranque un village avec des droits francs autour de son château.

Lors de son mariage, Vital Paradis -Luron a 31 ans il est né et domicilié à Sauveterre, fils de Jean Paravis Luron et de Marie Dubertrand. Anne Ducos l’épouse, ménagère, âgée de 27 ans, est née et domiciliée à Villefranque, fille de feu Emmanuel Ducos et de Marie Duman. L’époux signe, non l’épouse « pour ne savoir ».

Le couple s’installe dans la maison Luron avec les parents et un oncle de Vital. En 1814, la grand-mère Marie Dubertrand décède suivie de peu par le grand-père Jean Paravis en 1815, puis l’oncle en 1820.

Continuer la lecture