Liet Joseph

Louvie Soubiron

Joseph Liet est né le 23 janvier 1857 à Louvie-Souviron, canton de Laruns, fils de Bernard Liet, ardoisier, âgé de 36 ans et de Marie Masounave, son épouse âgée de 28 ans. Le couple est domicilié dans la maison Liet ; Joseph est leur second enfant. L’aîné Jacques est né en 1853.

Le 24 octobre 1852, à la Maison Commune de Louvie-Soubiron est célébré le mariage de Bernard Liet, 31 ans, fils légitime de Jacques Liet, 60 ans et de Marie Soulé 45 ans ; avec Jeanne Marie Masounave, 22 ans née à Aste-Béon, fille légitime de feu Joseph Masounave et de Marthe Lamarque domiciliée à Aste-Béon Tous les Liet signent, pas l’épouse ni sa mère.

Les Liet sont propriétaires de leur maison et leur jardin d’environ 4 ares 50 centiares plus des près en moyenne montagne et des « inclutes » en haute montagne Ils devaient vivre de leurs troupeaux comme la plupart des Ossalois de cette époque.

Le premier fils Jacques devient gendarme, se marie sur le tard à Bordeaux en 1921, et se retire à Cadaujac en Gironde. Le second, Joseph émigre en Argentine où il décède en 1901. C’est Jean, le troisième qui prendra la succession des parents et continuera sa vie à Louvie Soubiron dans la maison Liet ; en 1889 il avait épousé Jeanne Montaut Peyre, 17 ans, orpheline de père et mère. Quant aux filles : Elisabeth épouse Lafraichine et elle est vit à Gradignan. Catherine, née en 1863, restera célibataire dans la maison Liet ; Marie épouse Jacques Nougué, elle travaille dans la région bordelaise puis ils émigrent à San Francisco.

 

Les Liet en Argentine

On ne connaît pas la date exacte du départ de Joseph Liet mais il est absent au Conseil de révision, il est donc parti avant 1875. Il passera les 15 premières années à Buenos Aires où l’on retrouve les baptêmes de ses quatre enfants dans différentes paroisses. Il épouse une Espagnole Francisca Igarza avant 1885. En 1885, naît son fils aîné Calixto ; en 1888 naissance de Dolorès à San Telmo ; en 1890, Isabel dans le quartier de la Boca (le port) et en 1892 Felix à las Flores.

Gustavo qui fait les recherches sur les racines des Liet est le petit-fils de Calixto.

 

« Très vite les liens familiaux ont disparu ; je ne sais rien des filles Isabel et Dolorés, une a eu 3 enfants mais on ne connait pas son nom d’épouse .Les deux frères Calixto et Félix vivaient dans des villes éloiignées et ce n’est que récemment que j’ai pu renouer des liens et essayer de compléter un arbre généalogique. Félix a épousé Laurentina Fernandez et a eu 4 enfants : 3 filles et un garçon.

Calixto, mon grand-père était forgeron et dans son atelier, il réparait tout ce que l’on apportait. La forge existe toujours dans une petite ville à 12 km de la Capitale Ranchos. Calixto s’est marié avec Magdalena Colin et ils eurent 7 enfants dont Juan Eduardo (1925-2002) mon père. Deux de ses fils Roberto et Berto ont continué la profession de forgeron, mon oncle Raúl a monté une entreprise de plomberie sanitaire pour installer l’eau et le Gaz dans les maisons et appartements : mon père Juan Eduardo a travaillé dans l’électronique.

Mon père et tous mes oncles sont décédés mais nous sommes 17 fils et filles Liet à continuer la famille. Beaucoup d’entre nous sont déjà grands-pères. »

Gustavo né en 1955 vit à Neuquen en Patagonie mais il espère un jour venir marcher dans les petites rues de Louvie Soubiron sur la trace de ses ancêtres.

« Tal vez, algún día pueda ir a caminar por las callecitas de Louvie-Soubiron y si no, lo hará alguno de mis hijos ».

 

 D’après Gustavo Liet, arrière petit-fils de Joseph.

 

One thought on “Liet Joseph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>