Hauret / Ramospe

Cardesse / Banca

En 1909, à Colon dans la province de Buenos Aires naquit Graciana Hauret, fille de Luciano Hauret, fils de Marcelino Hauret et de Ramospe Graciana. Cette recherche a été un peu délicate car on partait sur deux renseignements erronés : Luciano, était né en Argentine mais il s’est toujours déclaré français et Graciana Ramospe est Gracianne Erramuspé. Ramospe étant le nom en basque.

Aquí te paso una foto de mi abuela Graciana Hauret, hija de Luciano Hauret. La más joven y de la izquierda es mi madre (nieta de Franceses de la zona de Savoya), luego sigue mi abuela Graciana (la del medio) y luego mi tía María, que mi abuela llamaba hermana porque la familia de mi tia la había criado (ya que Luciano era muy pobre y no podía mantener a su hija).

 

La famille Hauret de Cardesse

Les Hauret sont de Cardesse, en plein cœur du Béarn. Le couple Jean Hauret et Jeanne Capdevielle se sont mariés en 1835 à Lucq de Béarn, aussitôt après ils se sont installés comme métayers à Cardesse, près d’Oloron, village où naîtront leurs enfants :

Marcelin en 1835, Marie Justine en 1836 qui décède à 22 ans, Jean-Lucien en 1839 et Jean en 1844 qui décède à quelques jours. La famille doit vivre de peu et sans grand avenir, Marcelin et Lucien décident d’émigrer en Argentine.

Marcelin est parti de Bordeaux en 1852 sur le navire Paul Bernard. Nous n’avons pas l’immatriculation de Lucien.

En 1859, lorsque Marie-Justine décède, les deux fils sont en Argentine, Jean Hauret et Jeanne Capdevielle se retrouvent seul pour travailler la métairie ; Jeanne décède en 1873.

En 1878, à 71 ans, Jean Hauret, ragaillardi épouse Marie Lajujouze de 24 ans : flamme de courte durée puisqu’il s’éteint un an après.

 

En Argentine

En 1862, les deux frères Hauret épousent, à Avellaneda, Buenos Aires, les deux sœurs Laferrière nées à Bayonne émigrées en Argentine avec leurs parents Pedro Laferrière et Josefina Rigodon. La vie de ces deux couples est émaillée de plusieurs décès

Jean-Lucien et Marcelina Laferrière perdent plusieurs enfants : Ana née en 1863 décède en 1864, Pedro né en 1866 ne vit que quelques jours et seul Luis né en 1871 atteint l’âge adulte. Luciano le père décède en 1878 il n’a pas 40 ans.

Marcelin Hauret et Juliana Laferrière ont eu 3 enfants : Jean en 1862, Marcelino en 1866 qui meurt à 2 ans, Luciano en 1864 qui ne vit qu’un jour. En 1866, c’est Juliana la mère qui décède à 26 ans de la fièvre jaune.

En 1871, Martial ou Marcelin Hauret, 38 ans se remarie avec Gracianne Ramospe, 24 ans. Luciano, leur fils est né avant mariage puisqu’il a déjà un an au recensement de 1869. Sur cet acte les âges sont approximatifs car Marcelin a 36 ans et Gracianne 21 mais l’ascendance est exacte.

 

La famille Erramuspé de Banca

Gracianne est né en 1850 à Banca fille de Michel Erramuspé et de Catherine Uhalde de la maison Bichar.

(Source : Geneanet, généalogie de José Luis Erramuzpe)

Sur les 8 enfants de Michel Erramouspé et Catherine Uhalde, seul le second Pierre né en 1834 reste à Banca dans la maison Bichar.

Jean (1839) meurt à 6 ans et on ne retrouve pas Jeanne 1848, tous les autres émigrent et s’installent pour la plupart à Concepción del Uruguay

Pierre 1832, « fondero », épouse à Avellaneda, Gracieuse Ospital née à Banca

Marie 1842 épouse, à Concepción del Uruguay, Emilio Faure

Jeanne 1845 se marie, à Concepción del Uruguay, avec Pierre Lechia né à Banca

Gratianne 1850 se marie avec Marcelin Hauret à Colón Buenos Aires

Pierre 1853 (appelé Jean), « cafetero », épouse Maria Rosa Raviol à Colón où il décède à 38 ans.

Au décès de Michel le père à Banca en 1877, on ne signale que 4 enfants en Argentine : Pierre, Jean, Marie et Jeanne. Le lien avec Gracianne devait être rompu.

 

Luciano Hauret

Luciano est le fils de Marcelin Hauret et de Gratiana Erramuspé (Ramospe) d’après le recensement de 1869, il serait né en 1868. En 1869, Graciana travaille comme « cocinera » dans la « fonda » de son frère Pedro à Concepción del Uruguay.

Après s’être marié à Avelleneda, Pedro est parti tenir une pension de famille « fonda » à Concepción en Argentine. Concepción del Uruguay est située sur la rive est du fleuve du fleuve Uruguay qui sert de frontière entre l’Argentine et l’Uruguay.

Luciano Hauret a eu une vie très bohème ayant des enfants avec différentes mères mais toujours dans une grande pauvreté ; les enfants sont souvent élevés par d’autres familles. Il vivait à Colón, travaillant comme journalier; il y est décédé en 1928, l’acte mentionne 56 ans mais il avait 2 ou 3 ans de plus. On a toujours l’impression qu’il n’a plus de documents papier : on ne connait pas le nom de sa mère on écrit Capdeviela le nom de sa grand-mère ; il s’est certainement toujours dit « Français ».

Ces différents enfants retrouvés dans les actes de la paroisse de Colón sont :

En 1903, il a un fils Julian dont la mère est Teodomilla Agüero
En 1908, naît Ramon, sans aucun nom de mère
En 1909, Graciana fille de Teodomilla Lopez, que Luciano vient reconnaitre comme sa fille qui portera son nom Graciana Hauret. Luciano est toujours célibataire.

En 1915, naît Antonio Alberto dont la mère est Antonia Molina.

Apparemment bien que n’élevant pas ses enfants il met un point d’honneur à les reconnaitre et à leur donner le nom « Hauret »

 

L’énigme de Graciana

Graciana Hauret, la grand-mère paternelle de mon correspondant, n’a jamais su qui était sa mère. Teodomilla Agüero et Teodomilla Lopez sont-elles la même personne ?

Graciana a été élevée par une autre famille, on lui a raconté qu’elle a eu un frère jumeau qui ensuite a vécu à Avellaneda où se trouvait la famille Hauret qui a dû le recueillir.

 

L’ascendance de Fernando Motta

Del lado de mi abuelo paterno soy de apellido Motta, de la zona de la Lombardia (Cassolnovo, Pavia, Italia) y de apellido Lagorio de la zona de Piemonte (Arezzo, Liguria, Italia)

Del lado de mi abuela paterna (Graciana) soy Hauret y gracias a tus aportes ahora se que soy Erramouspé.

Del parte de mi abuela materna soy de apellido Gabino, también de la zona de Piemonte en Italia (Carbonara Scrivia, Alessandria, Piemonte, Italia) y Lagorio (es la misma rama familiar que mi padre ya que se casaron con hermanos).

Del Lado de mi abuelo materno soy de apellido Franquet, de la zona de Savoya (Drumettaz Clarafond, Savoia, Francia) y Laboret, de la misma zona.

 

Avec l’aimable collaboration de Fernando Motta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>