Boué Jean

Serres-Castet

Pau : 27 juillet, une chaleur torride, pas un grand changement de température pour Gilberto Gonzalez-Boué et Bonnie venant du désert de Sonora au Nord du Mexique. Avec deux de leurs petites filles Paola et Vanessa, ils profitent de leur voyage en Europe pour visiter Serres Castet, village d’où est parti Jean Boué vers 1885.

Depuis longtemps les Boué du Mexique cherchaient leurs origines, sans succès. Ils savaient que Jean était parti avec Alexandre Prigadàa ; Prigadàa était dans mes listes : il venait de Serres Castet. Au Mexique les deux familles Boué et Prigadàa sont restées en relation.

Le village était trouvé, il manquait des « cousins », la maison …. rêve de tous les descendants d’émigrés. Grâce à Paulette, Elisabeth et un peu de chance tout a été trouvé avant leur arrivée à Pau.

De son côté, la famille Jaymes de Serres Castet ne savait rien de cette branche mexicaine cousine au 2ème et 3ème degré. Mais la gentillesse de l’accueil béarnais, l’amabilité et la sincérité de Gilberto et Bonnie ont fait de cette rencontre un moment d’émotion intense, ponctué par la remise de la Médaille de Serres Castet par J.P Mimiague, maire. Malgré les difficultés de la langue, des liens affectifs se sont tissés et parions que les uns ou les autres retraverserons l’Océan.

Jean Boué en France, au Béarn

Jean Boué né en 1864 est le troisième fils de Brigitte Boué domiciliée à Serres Castet dans la maison Boué. Son frère aîné, Pierre Laplace, est né en 1852 à Portet où Brigitte était servante, puis elle est revenue vivre à Serres Castet et a eu 4 autres enfants Mathieu en 1861, Jean en 1864, Marie en 1867 qui décède à un an et une autre Marie en 1871.

Brigitte Boué est née en 1832 à Serres Castet, fille de Jean Boué et de Marie Cazenave.

Que sont devenus ses quatre enfants ?

Pierre Laplace, son aîné, qu’elle a toujours mentionné comme son héritier s’est marié à Serres Castet et a eu une fille : Brigitte Laplace. Brigitte Laplace a épousé Jaymes et c’est la mère d’André, René et Maïté et la cousine germaine de Maria Boué, la mère de Gilberto.

Jean et Mathieu Boué ont émigré. Mathieu est parti en 1885 sur le bateau « Brest » basé à Bordeaux. C’est le premier a quitter Serres Castet, puis suivront les Prigadàa, Forgues et Bareilles, tous en direction de Veracruz au Mexique. Jean n’apparait pas dans les listes d’embarquement mais souvent l’agent d’émigration faisait partir deux frères avec un seul billet. Au Mexique, les Boué ne savent rien de l’existence de Mathieu ; en 1909, au moment de la succession de sa mère Brigitte, il était vivant.

Marie s’est mariée à Pau, en 1891, avec un boulanger Pierre Coustalé Bouyé.

Jean Boué au Mexique, à Jicaltepec

Beaucoup de documents officiels ont disparu dans les crues soudaines des Rios Bobos et Nautla. Jean est arrivé à Veracruz vers 1885. Il rejoint une colonie française à Jicaltepec.

L’histoire de Jicaltepec et San Rafaël : La plupart des émigrants français sont originaires du village de Champlitte en Franche Comté ; ils ont quitté leur région pour fuir le déclin de la vigne et l’épidémie de choléra et ils ont été attirés par une publicité mensongère qui leur promettait des terres fertiles alors que Jicaltepec n’avait qu’un sol aride et un climat tropical brûlant.

De nombreux émigrants périrent pendant la traversée, le débarquement ou à cause des très mauvaises conditions : aucune installation n’était prévue pour les accueillir et l’acclimatation au climat et à la nourriture fit de nombreuses victimes surtout parmi les enfants.

Mais grâce au courage et à la ténacité de ces Français, la colonie devint peu à peu prospère avec la culture de la vanille puis du tabac .En 1861, une crue soudaine détruisit tout, sacrifiant dix ans de travail acharné puis à ce fléau s’ajouta une épidémie de peste noire.

Devant un tel désastre, les colons de Jicaltepec décident de traverser le fleuve et de constituer la colonie de San Rafaël qui se développa rapidement avec la culture de la banane et des agrumes.

C’est à Jicaltepec que s’installérent Jean Boué et les frères Léon et Alexandre Prigadaa.

Pendant quinze ans Jean resta célibataire, travaillant dur pour acquérir des terres. Puis vers 1900, il se maria avec Matilde Carmona, tandis qu’une sœur de Matilde épousa Léon Prigadaa et quand le père de Matilde se noya, sa mère vécut maritalement avec Alexandre Prigadaa.

Jean Boué et Matilde Carmona possédaient le « Ranch Tres Encinos », ils eurent deux enfants Juan Candido et Maria. Jean Boué décéda en 1917 à 53 ans ; il était revenu en France, à Serres Castet, un peu avant 1910, certainement au décès de sa mère Brigitte Boué, en 1909, pour hériter de sa part qui fut ensuite vendue en 1910 comme celles de Mathieu et de Marie.

Matilde, beaucoup plus jeune, lui survécut jusqu’en 1859. Matilde, Juan, Maria, leurs conjoints et leurs enfants vivaient tous ensemble dans le Ranch Tres Encinos c’est là que naquit Gilberto.

En 1959, au décès de Matilde, son fils Juan resta dans la propriété et Maria, déjà veuve, s’installa avec ses enfants à San Rafaël où ils auront de meilleures possibilités d’étudier.

Maria Boué épouse Gonzalez a eu six enfants : Joël, Armando, Clara, Matilde, Catalina, Gilberto y Juan. Gilberto est un des plus jeunes, le seul qui aura la chance de faire de longues études lui permettant d’accéder à la carrière de Professeur d’Université en Physique nucléaire. Des six frères et sœurs, un seul est resté à San Rafaël.

Juan Boué Carmona, décèdé en 2001, a eu quatre enfants : Gemila, Rosalva, Aracely y Juan Manuel, tous vivent encore à San Rafaël dans l’état de Veracruz. Juan Boué a un fils de nom Juan Manuel et un petit-fils de nom Juan Manuel Boué.

Maria, la fille de Jean Boué et mère de Gilberto était une femme très intelligente, connue dans la région pour ses bons conseils et la vivacité de son esprit, elle est décédée en 2009.

Gilberto et Bonnie ont trois enfants dont deux vivent aux Etats Unis et sept petits-enfants.

Pierre tombale de la famille BOUE au Mexique

2 thoughts on “Boué Jean

  1. Super travail de recherche et d’histoire continuez c’est impressionnant les recherches que vous avez réalisées. On découvre toute cette histoire et c’est super, encore merci!

  2. En cherchant la généalogie concernant ma grand-mère paternelle Marie Boué
    épouse Coustalé-Bouyé j’ai vu qu’une partie du travail avait été fait.
    j’ai en ma possession une lettre de l’épouse de son frère émigré au Mexique
    suite à son décès ainsi qu’ un acte notarié Je me souviens que nous sommes allés plusieurs fois voir la famille Jaymes à Serres Castet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>