Archives par étiquette : Mexique

Chapital Etienne

Ustaritz / Villefranque

L’histoire de la vie d’Etienne Chapital est assez surprenante ; parti tout jeune du Pays Basque, certainement sans argent et sans une grande instruction il a su gravir les échelons de la société mexicaine et s’intégrer parfaitement dans « la alta sociedad ». Ses fils ont fait des études d’avocat et l’un d’eux Cornelio Cristobal est même devenu « Ministro de la Suprema Corte de la Nacion « sous le gouvernement de Porfirio Díaz (1876-1911).

Etienne Chapital

Etienne Chapital est né à Ustaritz le 15 octobre 1815, fils de Pierre Chapital, 32 ans, cordonnier domicilié dans la maison Mariatorenea et de Marie Daguerre, 22 ans fille de la maison Dorré d’Hérauritz.

Les parents ne se marieront que 2 ans plus tard le 22 novembre 1817, toujours à Ustaritz. L’époux Pierre Chapital est né à Villefranque, fils de feu Laurent Chapital et de Marie Lascorret tous deux de Villefranque. L’épouse Marie Daguerre est la fille de feu Charles Daguerre et de Marie Jauretche, propriétaires de la maison Dorré.

Continuer la lecture

L’arrivée de Pierre Naude au Mexique

J’ai raconté l’histoire de Pierre Naude de Pontacq émigré au Mexique mais je ne connaissais pas la cause de cette émigration ; les Naude de Pontacq étaient aisés. Quelle raison avait donc poussé Pierre à émigrer ? Le hasard de sa carrière militaire. Ensuite d’autres membres de la famille sont partis avec succès.

L’arrivée de Pierre Naude

De 1861 à 1867, la France envoya une expédition militaire au Mexique dont l’objectif était d’installer un régime favorable aux intérêts français sous le gouvernement de l’empereur Maximilien. Ce fut un désastre et Maximilien fut fusillé.

Extrait du livre de Jean Christophe Demard Continuer la lecture

Baigts Pierre dit Jean

Lendresse

Jean Baigts, enregistré Pierre à la naissance le 26 octobre 1838 à Lendresse dans le canton de Lagor, au pied des Pyrénées, est le dernier enfant d’une famille paysanne du village. Le père Jean-Pierre Baigts, natif du village voisin d’Arance, a quarante-neuf, il est laboureur, la mère Marie Daryau ou Arriau est originaire de Lendresse. Ce couple s’est marié à Arance en 1813, ils ont 23 et 20 ans ; à la naissance de leur premier enfant en 1815, ils vivent dans ce village mais quelques années plus tard en 1820 leur nouveau domicile est Lendresse, village qu’ils ne quitteront plus. Jean-Pierre y décédera en 1876 à 86 ans et Marie Daryau lui survivra jusqu’à 87 ans en 1880.

Le couple Jean-Pierre Baigts et Marie Daryau a eu cinq enfants :

Jean en 1815, Pierre en 1820, autre Pierre en 1824, Marie en 1825 et Pierre dit Jean en 1838. Continuer la lecture

Casaurang Joseph/Juan

Sainte-Marie d’Oloron

Une recherche de plus, venant du Mexique, c’est une émigration dont on parlait peu et pourtant ce fut la destination de plusieurs Béarnais d’Oloron et de la vallée d’Aspe.

Joseph Casaurang était le 5ème enfant d’une famille aisée de Sainte Marie, il fut orphelin de père à 2 ans, son frère aîné Jean étant l’héritier désigné par la coutume, Joseph a cherché un avenir plus prometteur dans l’exil et il a réussi.

Joseph devenu Juan au Mexique est né le 20 mars 1810 de Jérôme Casaurang, laneficier (commerce de la laine des moutons) et laboureur et de Jeanne Nouseilles-Géré de Moumour.

Ses parents se sont mariés à Sainte Marie en 1792. Jérôme était fils de feu Laurent Casaurang et de Marie Jeannet ; l’épouse Jeanne Nouseilles était la fille de Bernard Nouseilles et Marie Loustau. Continuer la lecture

Cazaux Henry

Pontacq

Cette histoire familiale fait suite à celle de Pierre Naude puisque Henry est son neveu et son gendre.

Jean Gaston Henry Cazaux est né à Pontacq le 9 février 1872 ; il est le troisième enfant de Jean Cazaux, 50 ans et de Batilde Naude 32 ans.

Jean Cazaux et Justine Naude se sont mariés à Pontacq en 1863 ; sur l’acte de mariage on note la grande différence d’âge : Jean Cazaux a 46 ans et Justine Naude 22ans. Jean est propriétaire rentier à Lamarque ; village voisin de Pontacq mais situé dans les Hautes Pyrénées. Jean Cazaux est le fils de Jean Pierre Cazaux et de Jeanne Marie Mousseigne. Justine Naude est la fille de Jean Pierre Naude Marracou et de Jeanne Marie Loudas-Barrère et la sœur cadette de Pierre Naude émigré au Mexique. Continuer la lecture

Naude Pierre

Pontacq

En parcourant les registres d’immatriculation du Consulat de Veracruz au Mexique, j’ai été surprise par la signature de l’agent consulaire : P. Naude

Naude, un nom de ma famille de Pontacq, or jamais de trace d’émigration au Mexique jusqu’au jour où une amie mexicaine épouse d’un descendant de Béarnais de Serres Castet a visité le musée de Jicaltepec-San Rafael et a trouvé la photo indiquant : Pierre Naude né en 1844 à Pontacq. Maintenant plus de mystère. Pierre est un Naude Marracou de Pontacq.

Les racines à Pontacq

Pierre Naude Marracou est né à Pontacq le 15 novembre 1843, il est le 5ème enfant de Jean-Pierre Naude Marracou et de Jeanne Loudas Barrère. Continuer la lecture

Andragnes Hubert

Saint Jean Pied de Port

El peregrinaje de Hubert… y el mío para encontrarlo.

Hace mas de 30 años que soy apasionado de la genealogía. Sin embargo hasta hace muy poco no sabia absolutamente nada del origen de mi familia Andragnes, mas que éramos de origen “Vasco Francés”. Mi abuelo, separado de sus padres desde chico no tenia ninguna información adicional. Nunca encontré a nadie con este apellido fuera de mis primos y aun en ese caso había discusión si se escribe con S o con Z, con N o con Ñ. Hasta ese momento estaba convencido que el apellido debía ser otro y que se debía haber deformado al entrar al país y que por ello no había otros Andragnes en el mundo. Continuer la lecture

Prince Jean

Serres-Castet

Histoire familiale suivie d’un texte écrit par leur descendante : Rosalinda

Jean Prince est né à Serres-Castet, canton de Morlaàs, le 7 novembre 1825. Il est le fils de Bernard Prince dit Jouancastet et de Jeanne Lagouarde.

Ses parents se sont mariés en 1821 Bernard Prince né en 1799 fils de Jean Prince décédé en 1814 et de Jeanne Dousse décédée en 1801 avec Jeanne Lagouarde de Sauvagnon fille de Mathieu Lagouarde de et de Jeanne Marsaguet.

L’époux est accompagné de ses grands-parents Bernard Prince et Elisabeth Jouancastet car ce sont eux qui l’ont élevé. La mère de Bernard est décédée lorsqu’il avait deux ans et son père s’est engagé dans l’armée napoléonienne comme remplaçant. Il est décédé dans un hôpital du Luxembourg. A cette époque une personne fortunée pouvait payer un remplaçant pour faire la guerre à sa place. Continuer la lecture

Une émigration béarnaise au Mexique

Au XIXème siècle, de nombreux Béarnais ont émigré en Amérique latine, principalement Argentine, Uruguay et Chili ainsi qu’en Californie mais depuis deux ans, nous recevons aussi des demandes de recherches émanant du Mexique.

Les relevés des départs (visas) du Port de Bordeaux entre 1839 et 1870 indiquent que 530 personnes des Basses Pyrénées sont parties pour le Mexique dont 349 pour Veracruz, 49 pour Mexico et les autres avec seule destination : Mexique.

L’émigration vers Veracruz

Dans ces départs on distingue deux sortes d’émigrants :

Les agriculteurs partis de la région de Pau et s’installant à Jicaltepec et les négociants venant de la région d’Oloron Sainte Marie se fixant surtout dans la ville de Veracruz. Continuer la lecture

Porte-Petit Jean

Cardesse

Jean Porte-Petit est né à Cardesse, canton d’Oloron, le 27 mai 1840. Il est le troisième fils de Joseph Porte-Petit, cultivateur, et de Claire Casaurang, ménagère.

Le 13 novembre 1834, à la Mairie de Ste Marie d’Oloron a eu lieu le mariage de Joseph Porte-Petit né à Cardesse en 1805, fils de Jean Porte dit Petit et de Hélène Guiraud avec Claire Casaurang née à Ste Marie en 1807, fille de feu Jean Jérôme Casaurang et de Jeanne Nouseilles.

Ce qui est remarquable dans cet acte de mariage, c’est que la mère de l’époux, Hélène Guiraut, sache signer d’une écriture ferme et lisible. En 1830, très peu d’épouses savaient signer et pratiquement aucune femme de la génération précédente. Les Porte-Petit étaient instruits ce qui indique que leur situation économique était supérieure aux autres villageois. Continuer la lecture