Harislur Joseph / Fluttaz François


Licq-Atherey 64 / Saint-Alban 73

Casimira Harislur y su esposo Donato Rivero

Joseph Harislur de Licq-Atherey, au Pays Basque, et François Fluttaz de Saint-Alban Leysse, en Savoie, n’avaient rien en commun sauf d’avoir émigré en Argentine ; ils ne se sont certainement jamais connus bien qu’ils soient tous deux arrière-grands-pères de mon correspondant argentin Juan Pablo Manganiello Rivero.

Joseph Harislur et François Fluttaz sont nés dans des régions montagneuses, l’un les Pyrénées, l’autre les Alpes. La vie était rude dans ces vallées et les agents d’émigration trouvaient facilement des candidats au départ.

La famille Harislur en France

Joseph est né en 1857 à Licq mais la famille Harislur est originaire de Larrau. Les deux villages que nous évoquerons sont situés en Soule, la partie la plus à l’est du Pays basque français ; Larrau se trouve sur la frontière espagnole que l’on franchit au port de Larrau, un col qui relie la Soule à la Navarre espagnole, dominé par le pic d’Orhy (2 017m). 

En 1857, Luc Harislur quitte Larrau pour épouser Marguerite Borthiry de Licq Atherey.

Luc Harislur, 54 ans, né en l’An 10 de la République (1803), est veuf de Marguerite Iriart ou Idiart décédée à Larrau en 1850, il est le fils de Blaise Harislur (1769-1807) et de Marie Ligueix (1770-1854) tous deux natifs et décédés à Larrau.

Marguerite Borthiry dite Bidart, 32 ans, l’épouse, a vu le jour à Licq-Atherey en 1825 ; c’est la fille cadette de feu Dominique Borthiry décédé en 1831 et de Anne Bidart âgée de 65 ans à la date du mariage de sa fille.

De son premier mariage, Luc Borthiry n’a eu qu’une fille Marie en 1842 qui n’a vécu que deux ans.

De son second mariage sont nés quatre enfants :

Joseph en 1857, Anne en 1859, Catherine en 1861 et Grat en 1863.

Mais le malheur frappe, une fois de plus, la famille de Luc Harislur, son épouse Marguerite Borthiry décède à 38 ans, en décembre 1863, après avoir donné le jour à Grat en novembre, certainement après une infection post-accouchement qui était fréquente avant la découverte des antibiotiques.

En Soule, comme dans le reste de la France, la vie était pénible et l’espérance de vie courte. Le père de Luc Harislur décède à 38 ans, son beau-père à la cinquantaine, sa première épouse à 32 ans et la seconde à 38 ans.

Le couple était installé comme métayers dans la maison de Larrive d’Uthurralt ; resteront-ils là après le décès de Marguerite ? On ne sait pas mais Luc Harislur est revenu à Larrau où il est décédé en 1878 à 75 ans.

Que sont devenus les enfants Harislur ?

Joseph l’aîné a émigré avant son service militaire mais il n’est pas insoumis car il avait tiré le bon numéro.

Anne et Catherine Harislur. Je ne trouve aucune trace.

Grat Harislur, le quatrième enfant, est devenu préposé aux douanes mais il n’est pas resté sur la frontière franco-espagnole car il se marie dans l’est de la France dans le territoire de Belfort. En 1894, à Giromagny dans le département du Haut Rhin, il épouse Eugénie Grandjean originaire de la commune ; en 1896 à Chavannes-les-Grands, Territoire de Belfort, il a un fils Joseph.

Joseph se mariera à Bayonne en 1932, avec Laurence Juliette Brettes et il décédera aussi à Bayonne en 1971.

Joseph Harislur en Argentine

On ne trouve pas son immatriculation à Buenos Aires mais grâce à divers actes dans Familysearch dont le recensement de 1895, on peut suivre sa vie. Il est installé à Benito Juarez dans la Provincia de Buenos Aires c’est une région dédiée à l’agriculture et à l’élevage, la ville a été fondée en 1867.

C’est grâce à ce document que Juan Pablo a pu retrouver la trace de son « bisabuelo » Jose Arisluz.

Il sait lire et écrire, il n’est pas propriétaire. Son épouse Anselma Peñalva est Argentine, elle aussi sait aussi lire et écrire, elle est mariée depuis 6 ans et a 3 enfants.

En 1888, José Harislur devenu Arislur ou parfois Harisluz épouse Anselme Peñalva ; il a 31 ans ; la mariée seulement 17 ans, née en Argentine fille de Toribio Pealva et de Carmen Farias.

José est hacendado ou puestero, il travaille des terres dont il n’est pas propriétaire.

«En cuanto a Joseph Harislur, él era mi tatarabuelo, su profesión era « puestero », en Argentina significa encargado de un campo»

Joseph Harislur tuvo 12 hijos, :: Anita en 1890, Carmen en 1891, José en 1894, Angela en 1895, Julia en 1898, Casimira y Josefa, mellizas en 1901, Emilio en 1905 et Graciano en 1906, Anselma, Graciana y Lucas sin fechas 1 de octubre

Ya pedí el acta de matrimonio de Casimira con Donato Albino Rivero, porque al parecer (es un dato muy certero), Donato primero se casó con una cuñada, enviudó y luego se casó con Casimira el 1 de octubre de 1959, mucho despues de tener a sus hijos, en una edad avanzada para los dos, muy atipico por cierto.

Mi mamá tiene una hermana que se llama Juana Haydee Rivero.

Catherine, la hermana de Joseph, la encontré en un acta de bautismo de su sobrina, Carmen, la que te adjunto en este escrito»

La Famille Fluttaz en Savoie

François est né en 1850 à Saint-Alban-Leysse dans la région de Chambéry, fils de Jacques Fluttaz, laboureur, et de Michelle Casset. Il s’immatricule au Consulat de Buenos Aires le 18 juin 1873 disant qu’il est cuisinier et qu’il a un passeport. En 1873, la Savoie est devenue française depuis 1860, donc François né Savoyard est maintenant Français.

En 1895, lors du recensement, la famille Fluttaz vit à Junin dans la zone rurale de la provincia de Buenos Aires, François Fluttaz a 42 ans, son épouse Mary Kate (Catherine) Reynols d’origine anglaise, en a 32.

Le couple a 6 enfants : Francisco 14 ans, Maria 13 ans, Santiago 11 ans, Tomas 9 ans, Juana 7 ans et Luis 5 ans.

« En Argentina, la mayoria de los descendientes eran agricultores. Un hijo de François, llamado Francisco (n.1881), casado con Margarita Mc Kenna, nacido en la Argentina, era mi tatarabuelo; él tenía campo en Villa Cañás, Santa Fe, Argentina.»

François est agriculteur, maintenant Junin est une ville de 80 000 habitants située au bord du Rio Salado c’est devenu une ville de villégiature.

Le lien entre François Fluttaz, Joseph Harislur, et Juan Pablo Manganiello Rivero

Les Flutaz appartiennent à la branche paternelle de Juan Pablo :

Juan Bautista Manganiello et Margarita Maria Fluttaz sont les grands-parents de Patricio Walter Manganiello, le père de Juan Pablo.

Les Harislur font partie de sa branche maternelle. Casimira Harislur et Donato Albino Rivero sont les grands-parents de Graziela Susana Rivero, la mère de Juan Pablo.

La famille de Casimira Harislur et Donato Rivero

Avec l’aimable collaboration et les photos de Juan Pablo Manganiello. Argentin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *