Jean de Dieu Jeanne

Gotein Libarrenx

Jeanne Jean de Dieu est née le 18 octobre 1885 à Gotein Libarrenx, canton de Mauléon, fille de Arnaud Jean de Dieu, sandalier  28 ans et de Marie Choune, 21 ans, ménagère. Jeanne est leur fille aînée car le couple s’est marié à Laruns en novembre 1883.

Lors du mariage il est dit que Arnaud Jean de Dieu, douanier résidant à Laruns est le fils de Jean Jean de Dieu, le père de Arnaud Jean de Dieu, laboureur à Gotein Libarrenx et de Marie Uthurralt décédée en 1882 ; quant à l’épouse Marie Choune, elle a 19 ans, est née à Laruns fille de Jean Choune décédé en 1855 et de Jeanne Baylou.

Arnaud Jean de Dieu n’est pas resté douanier à Laruns puisque deux ans après son mariage il est sandalier à Gotein.

En 1887, naitra une autre fille Engrâce.

Le couple aura deux autres filles à Montevideo en Uruguay : Maria en 1891 et Maria Matilde en 1895. On situe donc leur départ de 1888 à 1890.

En Uruguay, le patronyme Jean de Dieu deviendra Juan de Dios.

La famille Jean de Dieu en France

Lors du mariage des parents d’Arnaud Jean de Dieu en 1856, on apprend que Jean Jean de Dieu est un enfant de l’hospice de Mauléon qu’il a 37 ans et qu’il est journalier et veuf de Catherine Destin ; Marie Uthurralt est née à Aussurucq fille de Anne Uthurralt et de père inconnu. Ce couple aura quatre enfants :

  • Arnaud né en 1857 qui épouse Marie Choiune et dont la descendance est en Uruguay ;
  • Pierre né en 1858 épouse Marie Bidart à Gotein Libarrenx et a une descendance en Béarn ;
  • Marie Anne née en 1860 émigre en 1884 avec les services de l’agent Apheça mais on n’indique pas dans quel pays ;
  • Engrâce née en 1861 a une fille Engrâce aussi en 1883 puis elle se marie en 1889 avec Jean Pierre Etchart né à Mauléon.

Le patronyme Jean De Dieu. Ce n’est pas un patronyme courant.

En 1819, le huit mars un bébé d’environ dix jours a été déposé devant la porte principale de l’hospice civil de Mauléon. A la description de ses vêtements et de son petit trousseau laissé à coté de lui on voit que ce n’est pas un enfant de paysans mais de quelque jeune fille de famille riche de la région.

Quatre petites chemises garnies de mousseline avec un feston. Deux petits bonnets de percale sur fond vert rayé de fleurs de plusieurs couleurs garnis de dentelle de soie noire et un nœud de percale avec des attaches de ruban rose. Six drapeaux de lin toile blanche. Tous les effets se trouvaient enveloppés dans une pièce de frise rouge neuve. Une lisière de laine rouge et verte, le tout attaché d’une corde de laine blanche.

De la soie, de la mousseline, de la dentelle, le bébé venait d’une famille riche et au lieu de lui donner le nom du saint du jour comme à l’habitude il a eu droit à Jean de Dieu.

La famille Jean de Dieu en Uruguay

Jeanne, sa fille Floria et ses petits enfants Walter et Susana

En Uruguay, Jeanne Jean de Dieu épouse Rogelio Torres et ils ont quatre enfants : Floria, Plinio, Denry et Gladys.

C’est Mauricio le petit fils de Floria qui recherche ses racines françaises.

Comme tous les Uruguayens, Mauricio a des racines dans plusieurs pays européens et en particulier aux Iles Canaries mais Jeanne arrivée toute enfant en Uruguay a une place particulière dans son cœur car sa mère qui vivait à San José en Uruguay passait toutes ses vacances d’été à Montevideo chez sa chère grand-mère Jeanne.

Peut être Jeanne parlait-elle de la France et du Béarn dont elle ne pouvait pas avoir de souvenirs mais qu’elle avait entendu évoquer par ses parents Arnaud et Marie.

 

 

 

 

 

 

 

Jeanne et ses petits-enfants

Floria, la fille de Jeanne, son époux Ramón et ses deux enfants , le bébé est Susana la mère de Mauricio.

 

Avec l’aimable participation de Mauricio González Benitez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>