Choy Jean

Barcus

Versión en español de este artículo : Choy Jean

Ana Lía Malbos Choy passionnée de généalogie a réussi grâce à ses recherches et à Facebook à réunir des « cousins » Choy vivant tous en Argentine, descendants du même couple Jacques Choy et Marguerite Bordachar mais ne se connaissant absolument pas.

La voici sur la photo (à droite) avec Fernanda, son époux et leur fils. Retrouver sa famille est toujours émouvant comme l’écrit Gabriel Choy, frère de Fernanda. « Personalmente estoy muy feliz y orgulloso de tener una línea de sangre tuya… Le mostré el árbol a mi familia con mucha emoción… vos nos despejaste todas las dudas!! »

 Les Choy en Pays Basque

En Soule, à Ste Engrâce, en 1845, a lieu le mariage de Jacques ChoÏ, 22 ans, charpentier, né en 1823 à Lanne-en-Barétous, fils de François et Engrâce Matheu, décédés, et Marguerite Bordachar, 24 ans, couturière, fille de Jean et de Marie Aïtçaberrro. L’enfance de Jacques a dû être assez difficile car il a été orphelin de mère à 7 ans et de père à 14 ans. Ses cousins Ihitçague l’ont aidé.

En 1846, leur fils aîné Mathias naît à Ste Engrâce puis le couple revient à Lanne, berceau de la famille Choy, ils auront cinq enfants : Mathias (1846) Jean Pierre (1849), Gilles (1853), Marie (1857-1861) et Jean (1862). Trois fils Mathias, Gilles et Jean émigreront en Argentine. Dans les registres de l’agent d’émigration Apheça on trouve deux voyages de Jacques Choy en Argentine en 1876 et 1879, s’agit-il de deux départs ou d’un aller-retour pour rendre visite à ses fils ?

Marguerite Bordachar décède à Lanne en 1886 ; son époux Jacques Choy en 1890.

 

Les Choy en Argentine

  • Mathias devenu Matias arrive le premier en Argentine vers 1865. En 1869, à Cañuelas, il épouse María García, Argentine. Il a 22ans ; elle 16, ils habitent une région rurale de la Province de Buenos Aires à « partido de Bragado ». Lors du recensement de 1895, ils sont toujours domiciliés à la campagne à « partido de Lincoln »; il a 48 ans, agriculteur mais malade ; María García a 42 et ils ont 13 enfants dont 10 vivent avec eux : Julio 19 ans, Francisca 17 ans, Mariano 15 ans, Dolorés 13 ans, José 11 ans, Dominga 9 ans, Emilia 7 ans, María 5 ans, Matías Rosas 4 ans et Rafaël 3 ans. Matías Rosas, né à la ville de 9 de Julio en 1890, est l’arrière-grand-père de Fernanda, Gabriel et Manuel Choy retrouvés sur Facebook.
  • Gilles : Il a émigré mais nous ne savons rien sur sa descendance, il n’apparaît pas dans les listes de recensement. 
  • Jean devenu Juan. Jean Choy s’est marié en Lanne en 1884 avec Marianne Pierrou née à Barcus. Il avait 22 ans, charpentier ébéniste, elle avait 23 ans et travaillait comme couturière. Domiciliés à Barcus, ils ont 3 enfants : Jacques (arrière-grand-père d’Ana Lía) en 1885, Marguerite (1885) et Pierre (1887) qui décède à 10 jours.  Jean Choy, son épouse Marianne et leurs deux enfants prennent le bateau le 5 août 1889 en direction de Buenos Aires. Le pays était inconnu mais de la famille les attendait là-bas : deux frères à Jean Choy et un frère à Marianne Pierrou. L’actrice argentine Inés Estevez descend de cette famille Pierrou. Installés dans la ville de « 9 de Julio » ils eurent 3 autres enfants : Julio (1891), Graciana (1894) et Juan (1897). Juan, le père, travaille comme charpentier ébéniste.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers 1900, ils déménagent à Tres Arroyos, Province de Buenos Aires, où les deux époux décèdent et sont inhumés.

La plupart des descendants des Choy-Pierrou sont nés et vivent à Tres Arroyos et San Cayetano (province de Buenos Aires) ou Río Colorado (province de Río Negro).

 

Deuxième génération :

La descendance de Marguerite Choy et de Santiago Choy

Marguerite Choy née à Barcus est arrivée en Argentine à 4 ans, elle épouse un Français José Tarrié à Tres Arroyos en 1904. Ils ont 2 enfants José et Elvira. Quelques-unes des descendants vivent à Rio Colorado.

Santiago (Jacques) (l’arrière-grand-père de Ana Lía) lui aussi né à Barcus en 1885. Vers 1906, il quitte la maison familiale et part vivre à Rio Colorado avec son frère Julio. Là il a une « galera » à quatre roues tirée par des chevaux dans laquelle il transportait des passagers, des marchandises et du courrier allant de Rio Colorado a General Conesa et San Antonio, dans la province de Rio Negro, en passant par « los caminos de Sepúlveda » que n’atteignait pas le chemin de fer. En 1909, les voitures à cheval sont remplacées par des automobiles qui faisaient le même trajet plus rapidement.

En 1907, il épouse Isabel Basualdo, argentine (1889-1950) et ils ont 3 enfants Santiago Porfirio (le grand-père de Ana Lía ) (1908-1987), Estelita Celina (1909-2008), mère de Carlos « Indio » Solari de la Banda « Los Redonditos de Ricota » et José (1912). Ensuite, il se sépare de sa première épouse et vit avec Cipriana Cabeza dont il a 7 enfants : 5 hors mariage et 2 après son mariage avec Cipriana en 1826. Il a 41 ans et travaille comme Secrétaire de Mairie, elle a 31 ans.

 

Troisième génération  

Santiago Porfirio Choy (grand’père de Ana Lía)

Né en 1908, à Rio Colorado, province de Río Negro, du premier mariage de Santiago Choy et Isabel Basualdo, il se marie en 1931 avec Josefa Torres Tavera. Le couple a 3 enfants: Lea Mabel (la mère de Ana Lía), Vilma Ethel et Eddie Arold.

Lea Mabel épouse Juan Carlos Malbos et deux filles naissent : Vilma Mabel et Ana Lía qui a fait les recherches et écrit l’histoire de sa famille.

Ana Lía vit à Mar del Plata, ville balnéaire très réputée en Argentine.

Dans plusieurs histoires familiales, on trouve des frères partis en même temps et qui ensuite perdent absolument toute relation dans la patrie d’émigration.

Quand ils ont quitté Barcus, Jean Choy et Marianne Pierrou savaient que leurs frères respectifs étaient en Argentine ; mais la famille était-elle là pour les accueillir ?

J’en doute car la grand-mère maternelle de Ana Lía, Josefa Torres de Choy (1913-2001) racontait, comme un fait exceptionnel, que les deux frères Mathias et Jean se sont rencontrés entre 1890 et 1894 dans la ville de « 9 de julio » où les deux familles ont eu des enfants. Mais en 1895 Mathias a déménagé à Lincoln, en 1897 Jean est parti habiter Tres Arroyos et chacun a fait son chemin et plus personne ne se connaissait.

Quant à Gilles, sa descendante est-elle en Argentine ou en France, ou bien est-il décédé trop jeune pour en avoir eu?

Il a fallu attendre un siècle et la volonté d’Ana Lía pour reconstituer le puzzle de la famille Choy en Argentine pour la plus grande joie de tous ses membres.

Maintenant il lui reste à renouer les fils avec les nombreux Choy de la Soule et de la Vallée d’Aspe et à venir visiter la terre de ses ancêtres. Ana Lía a dejà fait deux voyages en France; le dernier jusqu’à Bordeaux. Espérons que le troisième l’amènera jusqu‘au Port de Larrau.

9 thoughts on “Choy Jean

  1. Bonjour cousine !
    L’un des frères de votre Marianne PIERROU, Pierre PIERROU, est mon arrière grand-père. Une autre soeur est également partie en Argentine, Marie. J’ai, je pense, des renseignements qui pourront vous intéresser.
    Bien cordialement,
    Marie-Paule PERSON
    fille de Jean PERSON,
    fils de Marianne PIERROU
    fille de Pierre PIERROU
    fils de Marianne CIBIRY PIERROU……

    • Bonjour Marie-Paule!!
      Un autre frère de ton arrière grand-père, Jean Pierrou, emigré aussi en Argentine, installé dans la ville de Dolores, province de Buenos Aires, avec Marie. Je suis intéresée en ta renseignements!!
      Bien cordialement,
      ANA LIA MALBOS CHOY

      • Bonjour Ana Lia !
        Oui, je connaissais Jean également.
        J’ai correspondu quelques temps avec Maria Magdalena PIERROU qui est (était ?) sa fille.
        Je peux t’envoyer l’ascendance et la descendance PIERROU que je connais. Peux-tu me donner une adresse mail ? la mienne est :
        mariepaule.person@orange.fr
        Bien amicalement
        Marie-Paule

    • Por supuesto Frédérique, es mi mayor deseo poder encontrar más datos de los orígenes de mi familia Malbos para poder escribir la historia familiar. Estoy esperando Actas de Nacimiento, Matrimonio y Defunción de Portés, Gard, donde nació mi tátarabuelo Paul Malbos, para poder terminar con mi investigación. Un beso grande desde Argentina!!

  2. Bonjour, je suis originaire de Lanne-en-Baretous, petite-fille de Pierre Choy né en novembre 1890 (maison Ninou) et de Victoire Epherre née en mai 1900 (maison Pierrou) et arrière petite fille de Louis Choy et de Marie Salthun, tous nés à Lanne-en-Baretous ou quartier de Barcus.

    Peut-être sommes nous de la même famille ?

    Au plaisir de vous lire,

    Anne Marie Choy

    • Bonjour Anne Marie, merci pour votre commentaire. Je n’ai aucun « Louis Choy » dans mon arbre mais il y a des coïncidences avec le nom de famille et la ville. Mes ancêtres sont nés dans la Maison d’Habitation à Lanne, et dans les Maisons Heguy et d’Eyheralt à Barcus. Cordialement,
      Ana Lía

  3. Je m’appelle Louis Choy (Lembeye, 1946) originaire de Pau, fils de Jean-Baptiste Choy (Lescun, 1913), petit fils de Jean Choy (????, Lanne en Baraitous) …
    Mon cousin René pourrait largement compléter cette branche.
    Salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>