Hegouaburu Jean

Beyrie sur Joyeuse

Jean Hegouaburu est né le 3 février 1834 à Beyrie dans la maison d’Aphateberry. Il est fils de Jacobe, 24 ans, tisserand et de Françoise Bidegain 29 ans. C’est l’aîné de la famille, ensuite viendront Marie en 1837 et Martin en 1843.

Jacobe Hegouaburu et Françoise Bidegain se sont mariés à Beyrie le 26 février 1832. Les deux époux sont nés à Beyrie sur Joyeuse. Jacobe en 1808, fils de Jean Hegouaburu, tisserand, et de Jeanne Etcheçahar ; Françoise en l’an 13, fille de Jacques Bidegain et de Marie Aïçaguer. Les témoins du mariage sont les frères respectifs des époux : Arnaud Hegouaburu, 29 ans, et Arnaud Bidegain, 29 ans également, tous deux laboureurs.

Françoise est déjà orpheline de mère, Marie Aïcaguer est décédée en 1822, à 41 ans. Jacques Bidegain originaire de Juxue, son père, se remarie en 1833 avec Marie Landaburu de Juxue. Il a 59 ans, elle en a 31. Il décédera en 1852 à 79 ans. La famille Bidegain devait être propriétaire car tous les évènements ont lieu dans la maison de Bidegain.

Jean Hegouaburu est décédé en 1848 dans la maison Bourgessenia, il avait 89 ans, sa femme Jeanne Etcheçahar ne lui survivra que quelques années : en 1851 Jeanne Etcheçahar décède à 81 ans dans la maison Bellinateguy de Beyrie.

Quand aux parents de Jean et Martin, ils se retrouvent seuls à Beyrie et Françoise décide de rejoindre ses fils en Uruguay, elle embarque le 5 septembre 1875 à l’âge de 70 ans (registre Apheça) Jacobe reste seul à Beyrie et sans ressources puisque lors de son décès en 1879, à 73 ans, dans la maison Ehuluchourri, il est qualifié de mendiant ce qui signifie indigent à cette époque.

Pour les fils Hegouaburu qui ne possèdent pas de terres, l’avenir est incertain et tous deux décident d’émigrer vers Montevideo. Nous n’avons pas de document sur l’émigration de Jean mais Martin est parti avant le Conseil de révision.

Jean ne reste pas à Montevideo, il s’installe à la campagne dans le département de Rio Negro où il épouse Angélique Laborde de Juxue. La descendance est très importante. Son fils Primo Feliciano aura neuf enfants.

Les Hegouaburu sont des propriétaires terriens et des éleveurs qui possèdent des haciendas dans les régions de Durazno, Paysandu et Tacuarembo (Pasos de los Toros).

Depuis quelques années, les Hegouaburu organisent des « encuentros » (cousinades ), cette année a eu lieu la troisième et c’est en vue de la préparation de la prochaine que deux arrière-petites-filles de Jean, Adriana Lusto et Matilde Pereira recherchent leurs racines au Pays Basque.

Adriana rêve de connaître Beyrie ; en 2010, elle a fait le chemin de Saint Jacques mais en partant de Léon ; il lui reste donc toute la partie basque à connaître avec le passage incontournable à Harambels et Ostabat, voisins de Beyrie.

(Propos recueillis auprès de Adriana Lusto. Sur la photo au centre avec le chemisier noir)

Primo Feliciano Heguaburu y Francisca Elizondo

3 thoughts on “Hegouaburu Jean

  1. Chistianne ha publicado parte de las genealogias vascas de la familia Heguaburu y también parte de la mia por los Aguer. Mi bisabuela Marie Aguer Heguaburu , nacida en 1848, a los 18 años, se casó en Fray Bentos, Rio Negro R. O. del Uruguay con mi bisabuelo catalán. No puede encontrar rastros de la presencia de sus padres en Uruguay. Es entonces , que les pregunto si saben los datos de los barcos en que llegaron su Heguaburu desde Europa , porque tal vez haya una relación familiar entre ustedes y yo.
    un saludo desde Argentina.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>