Lauga Jean Pierre

Lichos

Jean Pierre Lauga est né le 1er Juillet 1886 dans la maison Lauga Hourcade du village de Lichos, canton de Navarrenx. Lichos est un tout petit village qui actuellement ne compte que 139 habitants. Jean Pierre est le sixième enfant des douze du couple Arnaud Lauga et Marie Gouaillardet.

Arnaud, le père est charpentier comme l’était aussi son père. En 1869, il se maria avec Micheline Agoutborde ; en 1870, ils eurent un fils Jacques mais Micheline mourut quelques mois après et Jacques décéda aussi en 1880 à l’âge de 10 ans.

En 1878, Arnaud qui vivait avec ses parents pris une seconde épouse : Marie Gouaillardet de quinze années sa cadette.

Le 4 février 1878, à la mairie de Lichos se marièrent Arnaud Lauga, 35 ans, fils de Jacques Lauga et de Marianne Séré domiciliés à Lichos avec Marie Gouaillardet, 20 ans née à Barraute Camu, fille de Jean Gouaillardet, scieur de long à Ste Gladie et de feue Marie Andrieu.

De cette union naîtront 12 enfants :

  • Jean Baptiste en 1879 n’a pas dû atteindre l’âge adulte, il ne figure pas dans les registres militaires ;
  • Marie Louise en 1881 ;
  • Grégoire en 1882 qui émigra au Chili ;
  • Marie en 1883 décédée en 1885 à 18 mois ;
  • Les jumelles Jeanne et Marthe en 1885 décédées 3 jours plus tard ;
  • Jean Pierre en 1886 qui vécut en Argentine et au Chili ;
  • Julie en 1888 ;
  • Martin en 1889 qui s’installa dans la région des vignobles du Bordelais ;
  • Pierre en 1891 tué à la première guerre en 1916 à 25 ans ;
  • Jean Louis en 1894 tué à la première guerre mondiale en 1916 à 22 ans ;
  • et enfin Jeanne Marie en 1896 qui décède à un mois.

Malheureusement tous ses enfants restèrent orphelins très tôt car leur mère Marie Gouaillardet décéda à 40 ans en 1897, laissant 8 enfants de 18 à 3 ans. Leur père Arnaud vécut dix ans de plus, il mourut en 1906 à l’âge de 64 ans.

Le cas de Jean Louis est particulier et significatif du sentiment patriotique : parti avant son service militaire, il est déclaré « insoumis » en 1915 mais il décide de rentrer pour faire son devoir ; il débarque à Bordeaux le 24 mai 1915, il est aussitôt envoyé au front. Lors d’une permission en 1916, il épouse une cousine à Velines en Dordogne, certainement pour être moins exposé mais il est tué six mois après lors de la bataille de Dompierre. « Jeune soldat modèle d’entrain et de bravoure tué le 30 juillet 1916 à son poste de combat. Croix de guerre. Etoile de bronze »

Heureusement ses frères Grégoire et Jean Pierre sont restés au Chili.

 

L’émigration des fils Lauga

 Au décès du père tous les fils Lauga ont eu envie de partir : 

  • Grégoire né en 1882 a émigré en 1906 directement au Chili : en 1905 il est en France mais en 1907 il est à Valparaiso
  • Jean Pierre né en 1886 a fait le service militaire, en 1910 il est employé au Pays Basque, en 1912 on le retrouve dans la province de Buenos Aires à General Rodriguez puis il part au Chili.
  • Martin né en 1889, est réformé pour mauvaise santé, il part à Rosario dans la Province de Buenos Aires mais il rentre au bout d’une année et s’installe dans le Bordelais
  • Quant à Jean Louis né en 1894, j’ai déjà évoqué sa triste destinée.

 

La vie au Chili

Ana Lauga, Chilienne, descendante de Jean Pierre raconte sa vie.

Quand il arriva en Argentine, Jean Pierre travailla dans l’agriculture et il épousa une riche Espagnole Josefa Montes ; cette femme voyageait souvent en avion ce qui était rare dans les années 30, la famille conserve des cartes postales de Cuba ou d’autres lieux qu’elle envoyait à son époux pendant que celui-ci travaillait ses terres du lever au coucher du soleil. Ils déménagèrent au Chili où Josefa mourut des suites d’une opération d’avant garde qu’elle avait décidé de subir pour avoir des enfants.

Veuf, Jean Pierre se rapprocha de son frère Gregorio (Grégoire) qui installé depuis de longues années à Valparaiso, avait des ateliers utilisant le cuir : une tannerie de cuir et un atelier de fabrication de semelles de chaussures. Mais la grande crise économique des années 30 arriva et les usines fermèrent…

Vers 1935, Jean Pierre se remaria avec sa nièce, fille de Gregorio : Ines Lauga Labbe de 20 ans sa cadette. Au Chili, Jean Pierre est devenu Juan Pedro Lauga. Le couple eut trois enfants : Ines Josefina Clotilde, Félix Pedro et Luis Eugenio Lauga Lauga.

Chaque enfant eut une descendance ; ma correspondante, Ana Lauga, est la fille aînée des 7 enfants de Felix Pedro.

Dès son arrivée, Juan Pedro acheta une propriété à Limache mais il la revendit et s’installa à Quillota où il épousa sa seconde épouse et où il éleva sa nombreuse famille.

Ils étaient commerçants et tenaient un débit de Vins et Liqueurs en gros, ils ont laissé le souvenir d’un couple de Français très travailleurs et avenants.

En 1957, son épouse succomba à un cancer du sein après avoir été suivie par les meilleurs médecins du Chili. Ses soins très onéreux entamèrent énormément le capital de Juan Pedro qui dû continuer à travailler dans son commerce bien qu’ayant atteint l’âge de se reposer.

En 1965, à 79 ans, il se maria pour la troisième fois avec une retraitée des Postes, il mourut d’un infarctus en 1972, il avait 86 ans.

A Quillota, Juan Pedro Lauga laisse le souvenir d’un homme très travailleur , fidèle et loyal avec ses amis, gardant beaucoup de relations avec les Français et Basques émigrés au Chili .

Il exerça même le métier de « rematador de animales » En Amérique du Sud, le bétail est vendu par lots aux enchères publiques ; le rematador est l’homme qui dirige les enchères, il s’agit de préférence d’une personne en laquelle les éleveurs ont mis leur confiance.

Gregorio a eu 5 enfants dont Ines l’aînée a épousé son oncle Juan Pedro ; sa descendance est nombreuse mais d’après Ana tous les Lauga du Chili sont apparentés et descendants de ses deux frères partis de Lichos et tous ont en commun l’amour du travail qui dit-elle est dans leurs gènes.

Ana Lauga vit près de Viña del Mar, la station balnéaire chilienne réputée pour ses fruits de mer, elle travaille dans l’immobilier ; elle prévoit de venir en France et à Lichos en particulier dans peu de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>