Dahetze / D’Ahetze Pierre

Ordiarp

C’est une histoire rare que celle-ci : je cherche à remonter le fil de la vie d’un émigrant basque, fils d’un charpentier du petit village d’Ordiarp, je le retrouve commerçant à Rosario en Argentine : chose classique. Mais en remontant dans les générations, je trouve une famille noble : les D’Ahetze établis dans le château d’Ordiarp.

Sebastián vestido con el uniforme de egresado porque
había finalizado el Kinder! 🤣 !Estaba con Celia su tía abuela.

Pierre Dahetze est né le 17 avril 1854 à Pagolle, il est le dernier fils de Léon (Raymond) Dahetze et de Marie Guillitoue, le couple habite la maison Idartia.

Sur l’acte de naissance le père de l’époux signe d’Ahetze.

Pierre Dahetze et Marie Guillitoue se marient en 1838 à Pagolle ou les deux fiancés sont domiciliés lui est charpentier, elle couturière , lui a 34 ans, elle 30 ans. Les parents de Pierre Dahetze sont Armand Pierre d’Ahetze et Anne Etchegoyhen, propriétaires de la maison Bordagaray de Pagolle quant à Marie Guillitoue ses parents Jacques et Marie Pordoy sont laboureurs à Ordiarp.

Le jeune couple s’installe à Pagolle où naîtront leurs 8 enfants : Pierre Armand en 1839, Marie en 1840, une autre Marie en 1843, une troisième Marie en 1845, Catherine en 1846, Jean en 1848, un autre Jean en 1850 et enfin Pierre en 1854.

Le départ en Argentine

Toujours grâce aux registres militaires, on sait que Pierre Dahetze est parti avant ses 20 ans donc avant 1874 ; on le retrouve en 1890 lors de son immatriculation à Rosario en Argentine, il est commerçant, déclare être arrivé à Rosario en 1879 après être passé par Montevideo et Buenos Aires C’est un circuit normal, d’autres Ahetze de la Soule étaient partis avant lui en Uruguay , mais Pierre Dahetze a choisi Rosario alors que la majorité des émigrants s’installaient sur les terres fertiles de la Provincia de Buenos Aires. Pierre ne venait pas du milieu agricole, son père était artisan et lui a choisi le commerce.

Pierre n’est pas le seul à émigrer, avant lui ses deux frères sont aussi partis à Montevideo, Jean né en 1850 avant son service militaire et Jean Baptiste né en 1848 est aussi domicilié à Montevideo en 1875, où il est laitier.

En Soule, on retrouve les mariages des trois aînés Pierre Arnaud marié à Engrâce Lartigue ; Marie (1840) épouse Idiart et Marie (1843) mariée à Samalbide.

Sa vie en Argentine

En 1888, à San Nicolas de los Arroyos dans la provincia de Buenos Aires, sur l’autre rive du Paraná, Pierre D’Ahetze épouse une Française Teresa Chrestia, fille de Louis Chrestia et de Marie Jaureguiçahar. Elle a 23 ans lui 35.

Pierre et Teresa eurent 5 enfants dont 4 nés à Rosario : Maria l’ainée, Sofia en 1889, Jose en 1896 Luis en 1900 qui a des descendants à Rosario et Armando en 1903 qui ne vécut qu’un an.

Sofia hija de Pierre al casamiento de su nieta.

Sofia est l’arrière-grand-mère de Sebastián, mon correspondant qui cherche ses racines françaises. Sofia d’Ahetze a épousé Ramón Dominguez à Rosario. Il était forgeron et travaillait pour l’armée mais ayant eu une violente dispute avec un de ses chefs, il a dû s’expatrier en Uruguay où il a retrouvé les cousins de Sofia.

C’est à Montevideo qu’est née Amnéris, la grand-mère de Sebastián et Celia sa grand tante qui l’a pratiquement élevé.

Quelques années plus tard, Ramón Dominguez et Sofia sont rentrés en Argentine et se sont définitivement installés à Buenos Aires. C’est dans cette maison familiale que Sébastián a passé son enfance.

Ce patronyme de Dahetze ou D’Ahetze a éveillé ma curiosité ; effectivement Léon Raymond, charpentier à Pagolle est le descendant direct de la famille noble d’Ahetze dont le château se dresse toujours à Ordiarp.

Voici un résumé de cette branche. Source bulletin du Musée Basque n° 10 (1935)

Dès 1373, Ahetzia est mentinnée comme étant une terre noble située à Ordiarp. Plusieurs Ahetze furent des gentishommes de la maison du Roi dont Arnaud auprès de Louis XI en 1466. Les chatelains d’Ahetze ont laissé de nombreux documents relatifs à des procès contre les moines d’Ordiarp.

Les fils d’Arnaud d’Ahetze et leurs descendants s’engagent dans les métiers des armes : écuyer, archer, et épousent des fils ou filles de seigneurs locaux : de Casamajor de Trois Villes, d’Echauz de Baïgorry, de Menditte de Lichans …

En 1680, Catherine, la fille de Henry d’Ahetze et de Gabrielle de Çaro épouse un roturier Raymond de Bordagaray, marchand du village de Pagolle, il n’était pas noble mais il était riche tandis que les d’Ahetze avait un cruel besoin d’argent.

Thomas, leur fils hérita du château d’Ahetze et des terres mais aussi du nom et des armes (le blason). Maintenant Thomas Bordagaray était devenu Thomas d’Ahetze.

Château d’Ahetze à Ordiarp.

Remontons les filiations de Pierre Dahetze né en 1854 à Thomas d’Ahetze né Bordagaray décédé en 1742.

  1. Pierre Dahetze né en 1854 à Pagolle émigre en Argentine ; ses parents sont Raymond Léon Dahetze, menuisier er Jeanne Marie Guillitoue
  2. Raymond Léon d’Ahetze né en 1814 épouse Jeanne Guillitoue en 1838 à Pagolle. Ses parents sont Pierre Arnaud D’Ahetze et Anne Etchegoyhen
  3. Pierre Arnaud d’Ahetze est né vers 1781, il épouse Anne Etchegoyhen en 1813 à Ordiarp. Il est maître de la maison Bordagaray de Pagolle. Rentier et garde champêtre. Ses parents Raymond d’Ahetze et Marie d’Uhart n’assistent pas au mariage n’appréciant certainement pas une belle fille roturière et sans fortune.
  4. Raymond d’Ahetze se marie à Ordiarp, en 1777, avec Marie d’Uhart. Il est rentier, maire du village d’Ordiarp et propriétaire du Château d’Ahetze. Ses parents sont Jean d’Ahetze et Barbe de Saint-Martin d’Oloron.
  5. Jean d’Ahetze (1715-1785) est rentier, propriétaire du château d’Ahetze. Il épouse Barbe de Saint-Martin d’Oloron. Ses parents sont Thomas d’Ahetze (Bordagaray) et Catherine d’Ahetze.

En cinq générations, on arrive du châtelain à l’émigrant. Nombreux sont les descendants d’émigrés qui me demandent si leur famille possédait un blason (el escudo) car ils rêvent de descendre de familles nobles. Pour une fois, et la seule, mon correspondant Sebastián descend en ligne directe de la noblesse basque et ça n’a pas un grand intérêt pour lui. Je le félicite !!

Avec l’aimable colaboration de Sebastián Viana

Claro que sí, me encantaría poder compartir mi historia contigo.

Sofía, vino a vivir a la Ciudad de Buenos Aires y se casó con mi bisabuelo Ramón Dominguez. que era de profesión herrero, ella, más que nada, se dedicaba a labores domésticas y la crianza de sus 3 hijos. Ella a su vez, tuvo a mi abuela Amneris Julia María Dominguez d’Ahetze, en la ciudad de Montevideo en el Uruguay. Mi madre me contó que Ramón trabaja para el servicio militar y al tener una fuerte pelea con un oficial superior, tuvo que exiliarse un tiempo fuera del país y eligió el Uruguay porque Sofía tenía primos o algunos familiares allí. (Imagino que serían familiares de Pierre, ya que como me mencionaste anteriormente, él había emigrado desde Francia, primero al Uruguay).

A los pocos años, volvieron a Buenos Aires, y se erradicaron aquí definitivamente en la misma casa donde yo me crié de pequeño. Ambos fallecieron en la misma ciudad. 

Mediante una búsqueda que he realizado por mi parte, he encontrado familiares descendientes en la ciudad de Rosario, más precisamente de Luís Dáhetze, que era un hermano de mi bisabuela Sofía.

Cualquier otra cosa que quieras saber o que te comente, me encuentro a disposición y nuevamente, muchas gracias! 🙂

Sebastián Viana

Lic. en Psicología

Por cierto, he encontrado en el Uruguay, una descendiente de Baptiste Dahetze, que por lo que pude investigar, era tio abuelo de Pierre. 

Bautista, emigró al Uruguay con sus padres y sus hermanas. Y Susana Sebe Dahetze, es una de sus descendientes en Montevideo.

Amnéris nieta de Pierre con su hija.
Valeria, Celia y Amnéris y la madre de Sebastián y Valeria.

1 réflexion sur « Dahetze / D’Ahetze Pierre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.