Froment Jean Baptiste

Saint Palais

Petite histoire écrite dans l’urgence car Silvina Estela Froment, Argentine, vient visiter le pays de ses ancêtres fin mai, c’est-à-dire dans quelques jours. Son vœu est comme pour tous, retrouver des gens de la famille « des cousins » même éloignés.

Jean Baptiste Froment est né le 26 janvier 1866 à Saint Palais ; il est le fils aîné de Jean Froment, tailleur d’habits et de Marie Eliza Etchandy, couturière.

Jean Froment et Marie Eliza Etchandy se sont mariés en 1865 à Mauléon. Jean a 25 ans, il est né à Saint Palais, fils de Jean Baptiste Froment, plâtrier, et de Marianne Serres, ménagère. L’épouse Marie Eliza a 24 ans, elle est née à Escos, fille de Pierre Etchandy et Beigbeder Marie Clotilde, domiciliés à Mauléon.

Dès 1867, le couple quitte Saint Palais pour s’installer à Mauléon, c’est là que naîtront les sept autres enfants : Marie Antoinette en 1867, Marie Cécile en 1868 qui décèdera à cinq semaines ; Marie Louise en 1869, Joseph en 1872, Jean Louis en 1877 Eulalie en 1878 et la dernière Cécile en 1881.

Sur les sept enfants vivants, seul Jean Baptiste a émigré en Argentine. Joseph et Jean Louis sont décédés à Mauléon respectivement en 1900 et 1908, Eulalie a épousé Joseph Carruesco et Cécile Jean Remadier.

Le départ

Le premier octobre 1881, Jean Baptiste embarque sur le bateau Orénoque qui sort du port de Bordeaux ; il n’a que 15 ans. En 1868, Marie Victoire Froment, une tante paternelle, est partie à Buenos Aires comme cuisinière, espérons qu’elle l’attendait à son arrivée. Lorsqu’il s’immatricule en 1881, il exerce la profession de commis mais il ne signe pas.

En Argentine

En 1893, Jean Baptiste se marie dans l’église Nuestra Señora del Carmen de la ville de Juarez dans la province de Buenos Aires. Son épouse, Ana Elvira, n’a que 17 ans elle est née en 1876 à Dolorès. Maintenant Jean Baptiste a son propre négoce, il est commerçant.

Ana Elvira Duhalde est la fille de Jean Pierre Duhalde, français, et de Julia Lacroix, argentine.

Le couple aura 7 enfants :

  • Arturo José en 1894
  • Elena en 1895
  • Elvira Ester en 1896
  • Clotilde Julia en 1898
  • Laura Nieves en 1899
  • Irma Amatilde en 1900
  • Armando Raúl en 1904

Les deux fils Froment firent de sérieuses études : l’aîné Arturo José était « bancario » banquier ou employé de banque, le dernier Armando Raúl a exercé la profession de médecin.

Arturo est le grand-père de ma correspondante ; le petit garçon est son père Arturo José et la fillette sa tante Martha Alcira.

Silvana est la petite fille de l’aîné

Jean Baptiste Froment est décédé à Coronel Pringles le 17 mai 1916, âgé seulement de cinquante ans.

Benito Juarez et Coronel Pringles sont deux villes de la Province de Buenos Aires qui se sont développées vers les années 1880 grâce à l’arrivée du chemin de fer et à la forte émigration européenne qui a exploité les terres laissées incultes par les Indiens.

Avec l’aimable collaboration et les photos de Silvina Estela Froment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>