Sallaberry Etcheçahar Pierre

Sarrasquette

Quand Pierre Sallaberry s’immatricule au Consulat de Buenos Aires en donnant ses lieux et date de naissance et que dans le registre d’état civil on trouve Pierre Etcheçahar au lieu et date cités ? Il y a un problème sauf si on pense que l’on est au sud de la France : Pays basque ou Béarn et que le nom de la maison prime sur le patronyme.

Pedro Sallaberry Etcheçahar

Ce mélange entre les deux noms remonte au mariage de Marie Etcheçahar née en 1729 à Sarrasquette, héritière de la maison, avec Joannès Sallaberry qui vient comme gendre.

A Sarrasquette, dans le canton de Saint-Jean-Pied-de-Port, le 3 octobre 1821, Bernard Etcheçahar, environ 35 ans, vient déclarer la naissance d’un fils qu’il a eu avec Marie Urruty son épouse et auquel il veut donner le prénom de Pierre Etcheçahar.

C’est ce Pierre qui s’immatricule à Buenos Aires, le 18 octobre 1866, sous le nom de Pierre Sallaberry.

La famille Sallaberry de la maison Etcheçahar à Sarrasquette

Depuis 1843, le village de Sarrasquette a été rattaché à Bussunarits pour former la commune de Bussunarits-Sarrasquette peuplée de 200 habitants environ.

Pierre Sallaberry Etcheçahar est le cinquième et dernier fils de Bernard Sallaberry Etcheçahar et de Marie Urruty. Ce couple s’est marié à Lecumberry en 1809.

L’époux, Bernard Etcheçahar, 24 ans, cultivateur, né à Sarrasquette, fils de Bernard Etcheçahar dit Sallaberry, cultivateur, maître de la maison d’Etcheçahar et de Marie Apesteguy ;

L’épouse, Marie Anne Urruty, 28 ans, née à Lécumberry, fille de Guillaume d’Urruty, cultivateur, et de Jeanne Iribarne, maître et maîtresse de la maison d’Urruty.

Cinq enfants naîtront dans la maison Etcheçahar :

  • Bernard Sallaberry en 1809, marié le 3 mai 1835 avec Gratianne Mendy, est l’héritier de la maison, sa descendance y vivra sur plusieurs générations ;
  • Gracianne Sallaberry vers 1812 ;
  • Jean Sallaberry le 18 mars 1815, qui choisira le sacerdoce de prêtre ;
  • Jean Louis Sallaberry, né le 28 mai 1817, épouse Jeanne Sallaberry le 7 octobre 1838 à Sarrasquette
  • Pierre né le 4 octobre 1821 qui émigre.

Bernard Sallaberry, le père, décède le 11 décembre 1854.

Marie Urruty, la mère, meurt le 10 avril 1867.

Tous deux dans la maison Etcheçahar dont le maitre est maintenant leur fils Bernard.

Le départ

Pierre Sallaberry s’est immatriculé au Consulat de Buenos Aires le 18 octobre 1866 ; Il confirme bien sa date de naissance à Sarrasquette et sa filiation ; fils de Bernard Sallaberry et Marie Urruty.

Il a quitté le Pays basque en 1844, en s’embarquant du port de Pasajes en Espagne, il présente son certificat de baptême comme document officiel. Il a fait son service militaire puisqu’il part à 23 ans mais il n’a pas participé aux guerres de cette époque : Crimée, Chine, Cochinchine ce qui le rend insoumis. Le 12 avril 1870, le Consul de Buenos Aires lui remet un « certificat d’amnistie absolue » qui lui permet de revenir en France. Certificat dont il ne se servira pas mais que la famille garde précieusement.

Pierre Sallaberry est un homme de 1.72 m, grand pour l’époque, brun aux yeux gris.

En 1866, à 45 ans, il est célibataire et commerçant.

La vie en Argentine

Un de ses descendants m’a envoyé un extrait de l’article paru dans le Livre Los vascos en la Argentina de l’institut Juan de Garay. Les dates sont approximatives, les registres n’étaient pas sur Internet pour vérification.

Quand il est arrivé à Buenos Aires, Pedro savait lire et écrire ; il s’est installé comme commerçant dans la vente en consignation.

« La vente en consignation consiste à proposer à son client de lui livrer un stock de marchandise afin que celui-ci puisse la vendre et payer uniquement lorsque les articles sont vendus. Dans ce processus, le stock est en dépôt chez le client, c’est « le stocks en consignation ». Wikipédia

Ambitieux et doué pour les affaires, Pedro Sallaberri quitte la capitale pour Azul, vaste région agricole en plein développement, où il réussit à acquérir un domaine de 11000 hectares. Plus tard, il vend la plus grande étendue de ses terres à la famille Herrera Vegas, c’est l’origine de l’hacienda « Las Hermanas »

A Azul, Pedro a transformé son nom Salleberry en Sallaberri pour ne pas être confondu avec ses neveux qui ont gardé l’original.

Saturnina Gorostarzu

En 1871, à Buenos Aires, il épouse Saturnina Gorostarzu de 25 ans sa cadette.

Ils auront 4 enfants :

  • Pedro Miguel Sallaberri le 20 avril 1874 ;
  • Juana Sara Sallaberri le 13 avril 1876 ;
  • Bernardo Sallaberri en 1880, époux de Teresa Segui, il décède en 1950 à 70 ans ;
  • Ignacio Sallaberri le 28 juin 1882 qui épouse Ester Arbide.

Mon correspondant Juan Cruz Sallaberri descend de ce dernier couple. Un de leur fils Hector Sallaberri est le grand-père de Juan Cruz.

Pedro Sallaberri décède en 1898 à 77 ans.

Saturnina Gorostarzu décède en 1907 à 61 ans

Maria Esther Arbide y Ignacio Sallaberri hijo de Pedro

Ce sont les grands-parents paternels de Jean Cruz qui cherche ses racines françaises.

Qui était le neveu Juan Sallaberry ?

Il y a une erreur dans le livre de Juan de Garay qui le dit né en 1869.

Grâce à un acte de naissance d’un fils de Juan en 1890 où est indiqué l’âge du père, 47 ans, on retrouve sa naissance à Sarrasquette. Juan est né dont né en 1843.

Juan né le 12 mai 1843 dans la maison Etcheçahar est le fils de Bernard, frère aîné de Pedro.

Juan est parti en 1859, à 16 ans, certainement rejoindre son oncle. Les deux hommes sont restés très proches puisqu’en 1890 ils habitent la même maison bien que tous les deux soient mariés. En 1866, ils se sont immatriculés le même mois d’octobre.

Juan est parti du port de Bayonne sur le bateau « Les amis de St Jean de Luz » muni d’un passeport pris à Pau en janvier 1859. C’est un jeune homme grand :1.70m aux yeux et au cheveux bruns.

Il épouse Gracia Rezola d’origine espagnole dont il a 10 enfants. Il décède en 1902 à 59 ans.

Voici le résumé de la vie de deux Sallaberry qui reviennent ainsi dans la maison Etcheçahar de Sarrasquette !

Avec l’aimable collaboration de Juan Cruz Sallaberri argentin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *