Nos cousins d’Amérique

Canton de Lagor – Article écrit pour la revue de l'association MCLVL

Je suis ravie d’avoir été contactée pour participer à ce numéro de la revue de MCLV, une association très active, conviviale composée de membres sympathiques et dont les données du site m’aident souvent pour mes recherches. Ni sociologue ni historienne, je suis une passionnée de l’émigration depuis que j’ai retrouvé la famille de mon mari béarnais en Argentine, Uruguay, Brésil et Mexique ; mon récit relatera les faits appris au cours de nombreux contacts avec des descendants d’émigrés.

Ramongassie de Sarpourenx à Buenos Aires

Trouver des cousins de l’autre côté de l’Océan, sans avoir aucune idée de leur existence, est une aventure différente que de les retrouver dans le village voisin ; tous ceux qui ont connu cette joie savent l’intensité de ces moments, mais cela n’égale en rien l’émotion des Argentins, Uruguayens ou Californiens qui viennent toucher le berceau de leurs racines : la terre, la maison, l’église où Il a été baptisé. Il, c’est lui, le premier émigrant, celui qui a eu le courage de partir. Les larmes rentrées, la phrase que j’ai le plus souvent entendue est : « Comment a-t-il pu quitter un aussi beau pays ? ». Quand on avait 20 ans en 1870, la beauté du paysage ne jouait pas vraiment un rôle dans la décision.

Je différencie trois types d’émigration béarnaise. Avant 1820, les départs de « fils de famille » allant faire du commerce et si possible épouser une riche héritière à Cuba, au Mexique ou au Pérou suivant les coutumes de la génération précédente qui s’installait à Saint-Domingue. Puis de 1850 à 1900, l’émigration des enfants du peuple espérant un meilleur avenir, « n’avoir qu’à se baisser pour ramasser l’or» comme le laissaient croire quelques agents bonimenteurs, et enfin au début du XXe siècle, ceux qui sont partis rejoindre des oncles ou répondre à une offre d’embauche, comme les bergers basques du Nevada; ceux-là allaient remplir le bas de laine et revenir acheter la plus belle propriété du village. Mes recherches concernent le deuxième type d’émigrants.

Baigts de Lendresse au Mexique

De 1850 à 1890 environ, de nombreux enfants du canton de Lagor ont quitté le Béarn; selon mes listes : 27 à Abidos, 51 à Arance, 13 à Audejos, 12 à Besingrand, 80 à Biron, 27 à Castetner, 62 à Gouze, 14 à Laà-Mondrans, 55 à Lacq, 92 à Lagor, 36 à Lanneplaà, 44 à Lendresse, 35 à Loubieng, 78 à Maslacq, 60 à Mont, 36 à Mourenx, 54 à Noguères, 79 à Os-Marsillon, 66 à Ozenx-Montestrucq, 8 à Sainte-Suzanne, 104 à Sarpourenx, 69 à Sauvelade, et 113 à Vielleségure. Ces chiffres ne reflètent qu’une partie de la population émigrée, en majorité des hommes, car on immatriculait rarement les femmes, elles faisaient partie de l’« equipaje », les bagages.

Ces hommes, femmes ou familles entières n’étaient pas tous des « accidentés de la vie » : famille pauvre, cadets, enfants naturels… mais tous avaient une envie d’entreprendre, de réussir ce qui leur était impossible en Béarn entourés de la famille, des coutumes; là-bas ils étaient libres et il leur a fallu inventer une nouvelle vie. Un tiers a réussi et s’est enrichi, un tiers a eu une vie convenable avec beaucoup de travail et de sacrifices et un tiers a disparu sans descendance et sans histoire. Un des facteurs de la réussite, en plus du travail et de la chance, était de trouver une épouse. Que peut faire un homme sans une femme ? Or, pour ces jeunes gens partis vers 1850, âgés de 15 à 18 ans, il fallait d’abord s’établir puis ils se mariaient tard « vers 40 ans » et certaines lettres reflètent leur quête d’une épouse : « Marie… (une voisine) m’avait promis une de ses filles, j’aurais bientôt de quoi payer le passage. » Dans les décennies suivantes la situation s’est améliorée, car des familles entières ont émigré et les Béarnais se sont retrouvés à Azul ou Tandil en Argentine, à San Francisco en Californie, à Veracruz au Mexique. Ils épousent des compatriotes, ont de nombreux enfants 7 à 8 étant la moyenne et s’éteignent entre 45 et 60 ans.


Poumé de Lanneplaà à Buenos Aires

Ont-ils réussi leur vie, leur émigration ? Ils n’ont jamais dû se poser la question. Ils ont émigré, ils ont travaillé, ils ont amassé quelques biens, et ont une descendance. Et le Béarn, la maison, la famille ? Ils en parlaient très peu d’après les descendants. Quelques- uns avaient rêvé, certains enfants naturels s’étaient inventé un père et sublimaient leur mère, d’autres prétendaient avoir des biens, mais après recherches, ceux-ci se réduisaient à 25 ares autour de la maison, l’histoire du pré de Jungalas de Buzy reste toujours une énigme.

D’après les familles, les rares émigrants qui ont profité d’une longue vieillesse sont retournés en pensée vers le Béarn. Eugène Estrebou de Monein, certainement atteint de la maladie d’Alzheimer, ne parlait plus que Béarnais tout en dégustant du vin des coteaux qu’il appréciait un peu trop. À près de 80 ans, Jean-Baptiste Tauzy de Lagor, essayait de retrouver des souvenirs du Béarn ; un jour vers 1950, il s’est perdu et on a dû demander l’aide d’un hélicoptère pour le retrouver, mais il était très fâché, car « il rentrait chez lui ».

Mais quel était leur village d’origine ? Ces hommes et femmes savaient signer, mais l’écriture et la lecture n’était pas de leur domaine et ils possédaient peu de documents écrits : le plus sacré était le « Certificat de bonne conduite » décerné par l’Armée quand ils n’étaient pas insoumis; ce qui fait que les trois quarts des descendants ne connaissaient pas le nom du village, quelquefois un nom de maison, d’où la nécessité d’éplucher divers registres, de faire des listes pour les aider à retrouver leurs racines. Cela est devenu un phénomène de mode grâce aux facilités que procure Internet et ce sont les arrière-petits-enfants qui cherchent maintenant, mais la seconde et la troisième génération visitaient Paris et Versailles, mais pas le Béarn, « c’était pauvre et sale » ; ils auraient bien accepté Biarritz ou Lourdes à la rigueur. Heureusement les mentalités ont changé, les fortunes aussi. Maintenant revenir au Pays est le cadeau de retraite : Pablo Allende, universitaire de Santa Cruz dans la lointaine Patagonie, a offert cette joie à ses parents venus en taxi depuis Saint-Sébastien jusqu’à Lagor où la gentillesse de Jean Ouerdane et André Arriau leur laisse un magnifique souvenir. Ce n’est qu’un exemple parmi des centaines qui viennent chaque année faire le pèlerinage généalogique.


Tauzy de Lagor à Buenos Aires

Pour certains le voyage, l’installation, et surtout pour les femmes l’éloignement, ont rendu l’émigration difficile. Je pense à Amélie Couteigt épouse Cadaillon d’Athos-Aspis, qui a dû partir en laissant en France son bébé de 8 mois qui venait de contracter une maladie infectieuse et n’était pas accepté sur le bateau ; l’enfant est décédé et malgré d’autres naissances la mère restera inconsolable et sombrera dans la dépression. Il y a aussi l’angoisse de Jean Porte-Petit de Cardesse, parti seul à 17 ans rejoindre son oncle Casaurang au Mexique et qui écrit à son frère qu’il a eu très peur, le bateau a failli faire naufrage et en arrivant il a été bien malade, une épidémie sévit à Veracruz : « Pendant les épidémies, la ville est pleine de malades, on les enterre comme on enterre les chiens chez nous… pas d’église… pas de curé… aucune cérémonie… on les jette à la fosse… y ya esta !!! ». Mais l’optimisme avait raison de tout. L’aïeule de mon mari a accouché de son huitième enfant dans le bateau pendant la traversée et elle ne devait pas occuper une cabine de première… le bébé s’est appelé Marino.


Pedeuboy épouse Barbé de Lucq à San Francisco

La première génération d’émigrants a beaucoup travaillé, c’étaient des hommes solides, habitués aux travaux pénibles. Je dis aux descendants : « Vous ne descendez pas des plus riches, mais vos ancêtres étaient les plus robustes ». L’agent d’émigration qui faisait l’avance de la moitié du prix du voyage n’allait pas parier sur le mauvais cheval. Les pays d’accueil mettaient des terres à leur disposition, mais au bout de quelques années il fallait les payer si on voulait les garder. En Argentine, la vie n’était pas sûre, dans la Pampa, nos Béarnais labouraient armés d’un fusil de peur de voir surgir une horde d’Indiens. Pour son négoce de peaux, Camille Laher d’Aramits parcourait la Patagonie dans un vent et un froid épouvantables et il ne trouvait pas un toit chaque nuit. Pour construire la maison, on commençait par faire cuire les « ladrillos », briques pleines. En Californie, certains travaillaient dans des laveries peu ventilées et mouraient de maladies pulmonaires, d’autres dans les abattoirs installés directement sur l’eau dans la baie de San Francisco. Pierre Barbé de Lurbe y est mort à 38 ans, écrasé par sa cargaison.

En France aussi la vie était dure à la fin du XIXe et même si quelques améliorations se dessinaient les deux guerres allaient tout détruire.

Ne restons pas sur une note pessimiste et allons à la rencontre des familles qui se sont enrichies, celles qui avaient des dizaines de milliers d’hectares et des troupeaux de 5 à 6000 bêtes. Je n’ai pas rencontré beaucoup de Béarnais dans ce cas. Le Béarnais était paysan de formation, mais commerçant dans l’âme ; le début des fortunes fut souvent « un negocio de ramos », un endroit où l’on trouvait de tout : sucre, farine, bottes, outils, semences, et même un accueil pour la nuit, c’est le cas des Poumé de Lanneplaà. La fortune se fonde aussi parfois sur l’intelligence de l’émigrant, comme c’est le cas pour Pierre Castagné d’Arette qui, après avoir travaillé sur les chantiers navals, est parti dans la Province du Chaco pour fonder Colonia Suarez où il a été le premier à introduire la culture du coton, « l’or blanc ». Ses différentes biographies saluent unanimement son intelligence, son esprit d’entreprise, sa bonté et son respect de l’Indien, en mettant en avant le fait qu’il ait «é tudié dans l’école de commerce de son village natal » ?

Les très grosses fortunes, nous les retrouvons à Cuba grâce au travail des esclaves. Pierre et Jean- Baptiste Placé de Poey et de Lucq n’étaient-ils pas considérés comme « Les rois du Sucre » ? Au Mexique, Joseph Cazaurang d’Oloron et son neveu Jean Porte-Petit de Cardesse, ont été à la tête de mines de métaux précieux, d’exploitations de bois exotiques. Les deuxième et troisième générations ont vécu dans l’opulence matérielle, au sein d’une culture raffinée, côtoyant poète et artistes. Aujourd’hui, la plupart des descendants vivent aux États-Unis.

Maxime Séré et Francine Magre, nouveaux mariés de Gurs, arrivent à Montevideo en 1871. Maxime est sandalier, il fait donc des sandales que Francine a l’idée fabuleuse de broder. C’est le succès « article de Paris » pour Montevideo; l’argent rentre et Maxime devient associé et fondateur de la banque Supervielle d’Oloron; en plus il est aussi un visionnaire, il monte des usines de chaussures où travaillent des centaines d’ouvriers, il fait électrifier la ville de Salto, construire les plus beaux immeubles de Montevideo, il investit dans les liaisons maritimes avec Buenos Aires, achète 7000 ha et vient terminer sa vie à Gurs dans la pompeuse villa Francine « Comparte su vejez en una sociedad campesina, de limitadas proyecciones sociales y culturales, cuando en Uruguay lo tenía todo ». C’est l’incompréhension totale de Guillermo, l’un de ses descendants !


Retrouvailles à Escot

Il y a aussi la chance. Quand en 1871, Bernard et Pierre Camsusou-Sartiat d’Escot sont arrivés en Californie, ils ont été bergers dans le Comté de Kern. Peu à peu ils forment un troupeau : cinq brebis, puis vingt ; ils louent des terres puis les achètent. Ils avaient 41 ares à Escot, ils auront 6000 hectares dans le Comté de Kern. Cerise sur le gâteau, le sous-sol contenait du pétrole et aux USA le sous-sol appartient au propriétaire. En 2013, quand Russ, un de leurs descendants est venu à Escot, on ne s’étonne pas qu’il ait laissé les 30 € de pourboire au restaurant de Sarrance. Il était tellement heureux de la journée que nous avions passée, il a fait un tel récit aux autres touristes, que le car, qui les amenait de Pau à Lourdes, a traversé Escot ! Russ avait près de 80 ans, mais il était d’un enthousiasme !

Émigrer a fait comprendre à certains que le plus beau cadeau était l’Instruction. Au début du siècle en Béarn, la fréquentation scolaire était médiocre, les petits paysans allaient à l’école quand il n’y avait pas de travail à la maison, par contre j’ai retrouvé chez les émigrés le souci d’éduquer leurs enfants, surtout les garçons. Pierre Castagné donnait un supplément de salaire aux ouvriers qui scolarisaient leurs enfants. Comme d’autres notables, Jean Porte- Petit qui était instruit, inscrivaient ses fils au lycée Louis-Barthou de Pau qu’il payait avec des sacs de café.

Christiane Bidot-Naude

1 réflexion sur « Nos cousins d’Amérique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *