Archives de l’auteur : Christiane

Hauret / Ramospe

Cardesse / Banca

En 1909, à Colon dans la province de Buenos Aires naquit Graciana Hauret, fille de Luciano Hauret, fils de Marcelino Hauret et de Ramospe Graciana. Cette recherche a été un peu délicate car on partait sur deux renseignements erronés : Luciano, était né en Argentine mais il s’est toujours déclaré français et Graciana Ramospe est Gracianne Erramuspé. Ramospe étant le nom en basque.

Aquí te paso una foto de mi abuela Graciana Hauret, hija de Luciano Hauret. La más joven y de la izquierda es mi madre (nieta de Franceses de la zona de Savoya), luego sigue mi abuela Graciana (la del medio) y luego mi tía María, que mi abuela llamaba hermana porque la familia de mi tia la había criado (ya que Luciano era muy pobre y no podía mantener a su hija). Continuer la lecture

Abadie Jacques Henri

Cauterets 65

Plusieurs de mes histoires racontent l’émigration de jeunes gens de conditions modestes quittant les travaux des champs, avec la famille Abadie de Cauterets nous abordons une émigration d’une famille bourgeoise, économiquement aisée car possédant un moulin et une boulangerie florissante à Cauterets dont le fondateur est Paul Abadie.

En 1844, Paul Abadie, boulanger, âgé de 46 ans, né à Poumarous, fils de Marcel Abadie et de Jeanne Marie Dulac, tous deux décédés ; épouse Elisabeth Lanne, couturière, âgée de 24 ans, née à Beaucens, fille de Louis Lanne tailleur et de Marie Lafon Lacassagne.

Ce couple habite le moulin de Lapeyre Cadéac dans la Rue des Moulins, il s’agit de moulins à eau car Cauterets au pied du mont Vignemale est le pays de l’eau : lac de Gaube, cascades du pont d’Espagne …mais aussi des eaux thermales soignant différentes pathologie : rhumatologie, voies respiratoires … et dont les cures en firent la renommée et la richesse. Continuer la lecture

Ahargo Jean-Baptiste / Lartigue Gracianne

Labets-Biscay / Amorots Succos

Pedro Ahargo et Francisca Béttiga

Jean-Baptiste Ahargo et Gracianne Lartigue sont tous deux des enfants du canton de Saint Palais ; en faisant leur généalogie on parcourt les villages d’Amorots-Succos, Labets-Biscay, Luxe Sulberraute, Uhart-Mixe, Gabat etc… Ces deux familles étaient des métayers, avec une certaine stabilité pour les Lartigue mais de nombreux déménagements pour les Ahargo.

Jean Baptiste Ahargo est né en 1847 à Labets-Biscay, fils de Jean et d’Iribarne Jeanne.

Gratianne Lartigue est née à Amorots en 1856, fille de Bernard Lartigue et de Marianne Celhabe ou Celabe. Continuer la lecture

Cassou Pascal / Labory Catherine

Jurançon

Hilda, petite fille de Pascal Cassou et grand-mère de Daniela

Jurançon et sa région ne sont pas une terre d’émigration, mais Pascal Cassou et Catherine Labory ont tout de même choisi de partir au Chili. Pascal était tonnelier, Jurançon est un pays de vignobles, le Chili est aussi réputé pour ses vins ; y a-t-il un lien c’est possible mais nous ne le savons pas ?

Pascal Cassou et Catherine Labory ou Laborie se sont mariés en 1865 à Jurançon ; Pascal, 24 ans, est né à Cadillon, fils de Baptiste Cassou Arridehart et de Catherine Elisabeth Lacaze

Catherine Labory, 21 ans, née à Jurançon fille d’Ignace Labory, menuisier et de Marie Cazet.

Le couple s’installe à Jurançon et la famille s’agrandit : Marie née en 1866 qui décède à trois ans, Marie Amélie en 1869 qui décède l’année suivante, Charles en 1870, Savin en 1871, Julien en 1874, Damien en 1878 et Antoine en 1880. Continuer la lecture

Saint-Martin Pierre / Quarata Anne-Marie

Oloron Sainte-Marie / Lasseube

Anne-Marie Carata ou Quarata née en Béarn a émigré en Argentine à 19 ans, le cœur bien gros, puisqu’elle laissait à Oloron son ami de cœur Pierre Saint-Martin. L’amour a été le plus fort car Pierre est parti l’année suivante ; ils se sont mariés à Necochea en Argentine. Malgré une enfance assez misérable, Anne-Marie dotée d’une bonne santé et d’un fort caractère a vécu jusqu’à 103 ans. Elle avait emporté son chapelet dont elle ne se séparait jamais et qu’elle a dû souvent égrener en pensant à son Béarn natal ; ce chapelet est passé de génération en génération et c’est Camilo Saint-Martin son arrière-arrière-petit-fils qui le garde précieusement. Camilo, 20 ans, élève en droit a profité du confinement pour rechercher ses racines. Anne-Marie était rouquine « pelirroja » cette couleur avait disparu de la famille mais surprise à la quatrième génération de nombreux rouquins ont apparu chez les descendants. « Vous ne m’oublierais pas ! » a rappelé Anne-Marie ; Camilo héritier de sa chevelure flamboyante a entrepris les recherches.

Continuer la lecture

Lauga Grégoire

Lichos

Trois enfants de Grégoire : Gregorio, Inés y Daniel (1940)

Grégoire Lauga est né le 2 mars 1882 à Lichos, fils d’Arnaud et Marie Gouaillardet. Contactée par une descendante de Jean Pierre, j’ai déjà raconté l’histoire de la famille Lauga sur mon blog.

Réformé lors du Conseil de révision, Grégoire Lauga travaille chez d’Abbadie à Ithorrots puis à Domezain mais rêvant d’un meilleur avenir il s’embarque pour le Chili en 1906 et s’installe à Valparaiso. Grégoire est le second fils avec Jean Pierre à avoir fondé une famille au Chili. Martin Lauga né en 1889 a émigré en Argentine mais il rentre en Béarn au bout de quelques années ; Jean Louis Lauga né en 1894 émigra aussi en Argentine mais victime de son devoir patriotique il rentre de Buenos Aires en 1915, est envoyé au front où il est tué six mois après. Continuer la lecture

Lardoueyt Jean / Brisson Marie

Barraute-Camu / Urt et Bardos

Alberto con su madre Pilar Marin y una hermana (env.1920)

Jean Lardoueyt ou Lardoeyt et Marie Brisson sont tous deux enfants de notre département mais ils se sont connus et mariés en Argentine

Jean Lardoueyt est né à Camu près de Sauveterre le 18 février 1825, il est le fils aîné du couple Jean Lardoueyt et Jeanne Cherast. Ses parents se sont mariés à Camu en 1821, Jean âgé de 26 ans était déjà veuf depuis trois ans d’Elisabeth Lauvière de l’Hôpital d’ Orion ; Jeanne avait 23 ans, native de Montfort, fille de feu Jacques Cherast et Jeanne Bourgés. Je ne trouve que deux fils, ce qui est rare à l’époque, Pierre né en 1822 qui se marie à St Gladie-Arrive-Munein et Jean qui décide d’émigrer en Argentine.

Marie Brisson, née à Urt le 25 septembre 1838, est la fille aînée d’Etienne et de Marie Lapouble. Etienne et Marie sont tous deux natifs de Bardos ils se sont mariés en 1834 à Bardos ; Etienne est meunier, né à Bayonne, Marie est la fille de Laurent Lapouble et Marie Larran.

Continuer la lecture

Bidot-Naude Jean

Pontacq / Bordeaux

Jean Bidot-Naude négociant à Bordeaux

Edouard Manet - Impression Port de Bordeaux

Edouard Manet - Impression Port de Bordeaux

En 1820, Jean Bidot-Naude père, bourgeois de Pontacq, époux de Jeanne Bernata rédige son testament « J’ai eu divers enfants dont quatre sont encore en vie, Jean l’aîné, négociant à Bordeaux, Pierre le second héritier universel de la maison Naude et un troisième fils Jean-Pierre que j’avais envoyé à Bordeaux pour y apprendre le commerce et qui de là passa en Guadeloupe. On n’a pas de nouvelles bien assurées pour savoir s’il est mort ou en vie »

D’après un article de P. Butel « Entre 1780 et1790, Bordeaux se classe au premier rang des ports importateurs de produits coloniaux avant Nantes et Marseille ; de Saint Domingue et les colonies antillaises on importe du sucre, du café et de l’indigo. On exporte du vin, des farines, du bœuf et du beurre salé venant d’Irlande. » Continuer la lecture

Cazanobe Dominique

Marsous

Dominique Cazanobe est né le 18 avril 1854 dans un petit village des Hautes Pyrénées : Marsous ; depuis ce village a fusionné avec Arrens sur l’autre versant pour former Arrens Marsous. Dominique est le quatrième fils de Joseph Cazanobe et de Josèphe Forio, deux enfants du pays tous deux nés et mariés à Marsous. Continuer la lecture

Laborde Jean

Hasparren

El camino de regreso

El mundo se detuvo para todos, y gracias a esta pausa sorpresiva y súbita que nos dejó pasmados, en el contexto de una vida acelerada que nos obliga a mirar siempre hacia adelante, por primera vez podemos permitirnos mirar serenamente hacia atrás, absorber con calma, cariño y detenimiento cada detalle de nuestro pasado, y con paciente respeto dejar que se abra hacia nosotros.

Finalmente tengo todo el tiempo que necesito para hacer algo que deseo hace un año: honrar a mis antepasados, reconstruir sus historias y acercarme a ellos desde la memoria.

Estos últimos días fue el turno de los franceses y son varios los caminos que me conducen a ellos, tanto del lado paterno como materno, pero hoy mi historia se centrará en éste último: la familia Laborde-Arhex.

Continuer la lecture