Archives de catégorie : Histoires familiales

Emigration familiale

Saint-Martin Pierre / Quarata Anne-Marie

Oloron Sainte-Marie / Lasseube

Anne-Marie Carata ou Quarata née en Béarn a émigré en Argentine à 19 ans, le cœur bien gros, puisqu’elle laissait à Oloron son ami de cœur Pierre Saint-Martin. L’amour a été le plus fort car Pierre est parti l’année suivante ; ils se sont mariés à Necochea en Argentine. Malgré une enfance assez misérable, Anne-Marie dotée d’une bonne santé et d’un fort caractère a vécu jusqu’à 103 ans. Elle avait emporté son chapelet dont elle ne se séparait jamais et qu’elle a dû souvent égrener en pensant à son Béarn natal ; ce chapelet est passé de génération en génération et c’est Camilo Saint-Martin son arrière-arrière-petit-fils qui le garde précieusement. Camilo, 20 ans, élève en droit a profité du confinement pour rechercher ses racines. Anne-Marie était rouquine « pelirroja » cette couleur avait disparu de la famille mais surprise à la quatrième génération de nombreux rouquins ont apparu chez les descendants. « Vous ne m’oublierais pas ! » a rappelé Anne-Marie ; Camilo héritier de sa chevelure flamboyante a entrepris les recherches.

Continuer la lecture

Lauga Grégoire

Lichos

Trois enfants de Grégoire : Gregorio, Inés y Daniel (1940)

Grégoire Lauga est né le 2 mars 1882 à Lichos, fils d’Arnaud et Marie Gouaillardet. Contactée par une descendante de Jean Pierre, j’ai déjà raconté l’histoire de la famille Lauga sur mon blog.

Réformé lors du Conseil de révision, Grégoire Lauga travaille chez d’Abbadie à Ithorrots puis à Domezain mais rêvant d’un meilleur avenir il s’embarque pour le Chili en 1906 et s’installe à Valparaiso. Grégoire est le second fils avec Jean Pierre à avoir fondé une famille au Chili. Martin Lauga né en 1889 a émigré en Argentine mais il rentre en Béarn au bout de quelques années ; Jean Louis Lauga né en 1894 émigra aussi en Argentine mais victime de son devoir patriotique il rentre de Buenos Aires en 1915, est envoyé au front où il est tué six mois après. Continuer la lecture

Lardoueyt Jean / Brisson Marie

Barraute-Camu / Urt et Bardos

Alberto con su madre Pilar Marin y una hermana (env.1920)

Jean Lardoueyt ou Lardoeyt et Marie Brisson sont tous deux enfants de notre département mais ils se sont connus et mariés en Argentine

Jean Lardoueyt est né à Camu près de Sauveterre le 18 février 1825, il est le fils aîné du couple Jean Lardoueyt et Jeanne Cherast. Ses parents se sont mariés à Camu en 1821, Jean âgé de 26 ans était déjà veuf depuis trois ans d’Elisabeth Lauvière de l’Hôpital d’ Orion ; Jeanne avait 23 ans, native de Montfort, fille de feu Jacques Cherast et Jeanne Bourgés. Je ne trouve que deux fils, ce qui est rare à l’époque, Pierre né en 1822 qui se marie à St Gladie-Arrive-Munein et Jean qui décide d’émigrer en Argentine.

Marie Brisson, née à Urt le 25 septembre 1838, est la fille aînée d’Etienne et de Marie Lapouble. Etienne et Marie sont tous deux natifs de Bardos ils se sont mariés en 1834 à Bardos ; Etienne est meunier, né à Bayonne, Marie est la fille de Laurent Lapouble et Marie Larran.

Continuer la lecture

Bidot-Naude Jean

Pontacq / Bordeaux

Jean Bidot-Naude négociant à Bordeaux

Edouard Manet - Impression Port de Bordeaux

Edouard Manet - Impression Port de Bordeaux

En 1820, Jean Bidot-Naude père, bourgeois de Pontacq, époux de Jeanne Bernata rédige son testament « J’ai eu divers enfants dont quatre sont encore en vie, Jean l’aîné, négociant à Bordeaux, Pierre le second héritier universel de la maison Naude et un troisième fils Jean-Pierre que j’avais envoyé à Bordeaux pour y apprendre le commerce et qui de là passa en Guadeloupe. On n’a pas de nouvelles bien assurées pour savoir s’il est mort ou en vie »

D’après un article de P. Butel « Entre 1780 et1790, Bordeaux se classe au premier rang des ports importateurs de produits coloniaux avant Nantes et Marseille ; de Saint Domingue et les colonies antillaises on importe du sucre, du café et de l’indigo. On exporte du vin, des farines, du bœuf et du beurre salé venant d’Irlande. » Continuer la lecture

Cazanobe Dominique

Marsous

Dominique Cazanobe est né le 18 avril 1854 dans un petit village des Hautes Pyrénées : Marsous ; depuis ce village a fusionné avec Arrens sur l’autre versant pour former Arrens Marsous. Dominique est le quatrième fils de Joseph Cazanobe et de Josèphe Forio, deux enfants du pays tous deux nés et mariés à Marsous. Continuer la lecture

Peteilh Guillaume

Beaudéan 65

Avec cette famille nous partons au cœur des Pyrénées, en Haute Bigorre dans la vallée de Lesponne creusée par l’Adour, au pied du Pic du Midi. C’est dans le village de Beaudéan qu’est né Guillame Péteilh en 1855. Guillaume est le troisième enfant de Jean Marie Peteilh Hurat et de Marianne Verdoux. Comme il y avait au moins quatre familles Peteilh dans le village on ajoutait le nom de la maison pour ne pas les mélanger à l’état civil. Jean Marie Péteilh et Marianne Verdoux se sont mariés en 1848 à Labassère le village natal de Marianne, Jean Marie a 30 ans, il est tanneur, fils de Jacques Péteilh Hurat et de Jeanne Marie Péteilh ; Marianne a 24 ans ses parents domiciliés à Labassère sont Baptiste Verdoux et Thérèse Arrodes. Continuer la lecture

Arhex Pierre

Licq Atherey

C’est par cette photo de Martina Arhex et Jean Laborde que des dizaines de descendants du couple furent accueillis à Salliquelo en 2004. Ils étaient tous issus des 15 enfants Laborde Arhex et venaient de tous les coins d’Argentine pour un « encuentro » une fête de famille.

Leurs deux « abuelos ou bisabuelos » sont d’ascendance française et même basque, Jean Laborde est né en France mais Martina Arhex n’a jamais connu notre région, elle est native d’Argentine. Continuer la lecture

Mirassou Pierre Adolphe

Sus / Gurs

La mère de Monica, fille de Rosalia, fille de Adolfo

La mère de Monica, fille de Rosalia, fille de Adolfo

Voici l’histoire d’une famille béarnaise, en plein cœur du Béarn entre Oloron et Navarrenx, portant des noms bien béarnais qui évoquent l’Espagne proche : Mirassou, en béarnais, qui regarde le soleil, une maison face au soleil ; Casamayou, la grande maison, grande au sens d’importante dans le village.

Pierre Adolphe, devenu Adolfo, est le fils de Jean Mirassou et de Marie Casamayou ; il a vu le jour à Sus le 26 mai 1845. Sus, petit village de plaine où la famille Mirassou ne restera que quelques années, ses racines étant à Préchacq Navarrenx et à Gurs.

Ses parents, Jean Mirassou né à Préchacq Navarrenx et Marie Casamayou de Gurs, se sont mariés en 1832. Jean est laboureur il a 27 ans, Marie seulement 20. Continuer la lecture

Baigts Pierre dit Jean

Lendresse

Jean Baigts, enregistré Pierre à la naissance le 26 octobre 1838 à Lendresse dans le canton de Lagor, au pied des Pyrénées, est le dernier enfant d’une famille paysanne du village. Le père Jean-Pierre Baigts, natif du village voisin d’Arance, a quarante-neuf, il est laboureur, la mère Marie Daryau ou Arriau est originaire de Lendresse. Ce couple s’est marié à Arance en 1813, ils ont 23 et 20 ans ; à la naissance de leur premier enfant en 1815, ils vivent dans ce village mais quelques années plus tard en 1820 leur nouveau domicile est Lendresse, village qu’ils ne quitteront plus. Jean-Pierre y décédera en 1876 à 86 ans et Marie Daryau lui survivra jusqu’à 87 ans en 1880.

Le couple Jean-Pierre Baigts et Marie Daryau a eu cinq enfants :

Jean en 1815, Pierre en 1820, autre Pierre en 1824, Marie en 1825 et Pierre dit Jean en 1838. Continuer la lecture

Labrit Jean Baptiste / Anchou Rosalie

Saucède / Issor

Voici l’émigration type de deux jeunes Béarnais partis avant la guerre de 1870. Baptiste Labrit et Rosalie Anchou se sont rencontrés et se sont mariés en Argentine dans la Province de Buenos Aires, ils ne sont jamais revenus en Béarn mais une arrière-petite-fille du couple : Verónica recherche ses racines.

La famille Labrit de Saucède

Jean Baptiste Labrit né en 1853 est issu d’un couple de laboureurs des environs d’Oloron : Poey d’Oloron, Lay-Lamidou, Saucède, Agnos…

Jean Baptiste Labrit est né en 1843 à Saucède où le jeune couple de ses parents Laurent Labrit et Jeanne Marie Loustau venaient de s’installer comme métayers. Continuer la lecture